Covid-19 : un nouvel anticorps capable d’inhiber le SARS-CoV-2 est isolé

La pandémie de COVID-19 continue de sévir et il devient urgent de trouver un remède à ce qui est devenu une des pires catastrophes sanitaires de notre siècle. Les chercheurs et les grands laboratoires sont d’ailleurs à pied d’oeuvre. Et on peut dire qu’ils mettent les bouchées doubles pour essayer de mettre la main sur un traitement capable de nous aider à faire face à la maladie.

Plusieurs pistes sont ainsi étudiées pour avancer dans la recherche de solutions. Et apparemment, les anticorps pourraient bien avoir une place de choix dans la recherche de traitement, à l’instar des travaux effectués sur l’anticorps 47D11 ou encore l’anticorps VHH-72 issu des lamas dont on a entendu récemment parler.

Un homme équipé de masque et de gants

Crédits Pixabay

Dans le même ordre d’idée, on apprend via SciNews qu’une équipe de scientifiques a également isolé un anticorps baptisé STI-1499, qui est capable d’inhiber complètement le SARS-Cov-2, le coronavirus à l’origine du COVID-19.

La cible est toujours la protéine de pointe du SARS-Cov-2

Comme le 47D-11, son action vise la protéine de pointe du SARS-Cov-2, mais faits intéressants, il semblerait bien que ce nouvel anticorps soit efficace même à faible dose et il fait partie du catalogue d’anticorps naturellement présents chez l’homme.

Apparemment, cette fameuse protéine de pointe serait en quelque sorte le “talon d’Achille” du virus, car elle contient un site particulier que les scientifiques appellent la sub-unité S1. Et c’est au niveau de la sub-unité S1 que tout va se produire.

En effet, en arrivant au niveau des cellules pulmonaires, la protéine présente dans la pointe du virus va interagir avec l’enzyme de conversion de l’angiotensine-2 (ACE-2) qui est lié à la face externe de la membrane plasmique des cellules du poumon. L’ACE-2 va alors jouer le rôle de récepteur pour permettre au virus d’entrer et d’infecter la cellule pulmonaire attaquée.

Et c’est là qu’intervient le fameux anticorps STI-1499 récemment découvert.

Un traitement potentiellement efficace en vue

Pour contrer l’attaque, cet anticorps va en effet se lier à la sub-unité S1 du SARS-Cov-2, de manière à bloquer une éventuelle interaction avec l’enzyme ACE-2. Ainsi, l’infection des cellules pulmonaires sera tout simplement bloquée.

D’après les scientifiques de Sorrento, le laboratoire qui est à l’origine de cette découverte, ce nouvel anticorps est très prometteur.

En effet, les résultats des tests in vitro réalisés ont montré que le STI-1499 est efficace, même à faible dose. Ce qui en ferait un excellent candidat pour une thérapie contre le COVID-19, ce sur quoi les chercheurs travaillent actuellement.

Par contre, il ne faudra pas s’attendre à ce qu’un éventuel traitement fasse de sitôt son apparition. Les phases de tests et de développement de ce genre de traitement sont en effet un travail de longue haleine. Mais les chercheurs s’efforcent de multiplier leurs efforts pour y arriver.