Un nouvel océan serait en train de se former en Afrique

En 2005, une fissure mesurant plus de 56 km s’ouvrait dans le désert éthiopien, un évènement violent selon les scientifiques, puisque ce qu’il s’est passé en quelques jours correspond au mouvement que feraient les plaques tectoniques sur plusieurs centaines d’années. Dernièrement, les scientifiques ont pu étudier de plus près ce qu’il est en train de se passer dans cette région d’Afrique du nom d’Afar, et ce grâce aux nouvelles techniques d’investigation, notamment l’imagerie par satellite et les instruments GPS. Les résultats sont assez fascinants puisque les mesures indiquent que le continent serait en train de se scinder en deux, ce qui va donner naissance à un nouvel océan.

D’après les scientifiques, la région en question se trouve au-dessus de la jonction entre 3 plaques tectoniques qui sont en train de s’écarter. Au cours des 30 derniers millions d’années, la plaque arabe s’est peu à peu éloignée de l’Afrique, créant la mer Rouge et le golfe d’Aden. En même temps, la plaque somalienne s’éloigne de la plaque nubienne et se décolle le long du Rift Valley est-africain qui se trouve en Ethiopie et au Kenya. On assiste ainsi aujourd’hui à ce processus d’écartement qui va créer un nouvel océan dans 5 à 10 millions d’années.

Crédits Pixabay

Selon Christopher Moore, doctorant à l’Université de Leeds au Royaume-Uni et étudiant les activités volcaniques en Afrique de l’Est, la région d’Afar est le seul endroit au monde où l’on peut étudier la transformation d’un rift continental en un rift océanique.

Comment expliquer la fissure ?

Cynthia Ebinger, géophysicienne au Tulane University de la Nouvelle-Orléans, a mené plusieurs campagnes d’étude dans la région d’Afar. Au cours de ces descentes sur terrain, elle et son équipe ont pu étudier de près la fissure de plus de 56 km qui y est apparue. Ils ont ainsi pu proposer une hypothèse expliquant l’événement violent qui s’est produit dans la région. Les résultats des recherches qu’Ebinger et ses collègues ont effectuées suggèrent entre autres que le processus de rifting ne se passe pas toujours lentement et de façon stable mais peu aussi présenter des phases de secousses intenses.

En ce qui concerne le cas de la fissure qui est apparue à Afar, Cynthia Ebinger pense que la cause serait une augmentation de la pression provoquée par le mouvement ascendant du magma. La géophysicienne compare ce qu’il s’est passé à Afar à un ballon que l’on aurait gonflé jusqu’à ce que la surface extérieure ne puisse plus supporter la tension et éclate.

L’apparition de la fissure est ainsi un signe montrant que les plaques tectoniques sont bien en train de s’écarter, et cela va finir par transformer le continent africain. Selon les scientifiques, les trois plaques s’éloignent avec des vitesses différentes. La plaque arabe s’écarte à une vitesse de 1 pouce par an, tandis que les deux autres bougent à une vitesse comprise entre 0,2 et 0,5 pouce par an, comme l’explique Ken Macdonald, géophysicien marin et professeur émérite à l’Université de Californie à Santa Barbara. Ce dernier a aussi indiqué que le golfe d’Aden et la mer Rouge vont finir par inonder la région d’Afar au niveau du Rift Valley est-africain et former le nouvel océan.

À lire aussi : Atlantropa ou quand un architecte allemand a imaginé fusionner l’Europe avec l’Afrique

La technologie à la rescousse

Cela fait maintenant des dizaines d’années que les scientifiques étudient les mouvements des plaques tectoniques africaines. Toutefois, c’est grâce au progrès de la technologie qu’ils ont pu mesurer avec précision les mouvements du sol. Selon Ken Mcdonald, il est maintenant possible de mesurer au millimètre près le mouvement annuel des plaques grâce aux instruments GPS. On peut ainsi avoir une meilleure idée de ce qui est en train de se passer.

Pour ce qui est de la région d’Afar, ce sont les observations détaillées faites à l’aide des satellites, combinées avec les descentes sur terrain, qui pourront aider les chercheurs à en apprendre plus sur le mouvement des plaques tectoniques.

Ainsi, dans 5 à 10 millions d’années, la carte du monde aura changé avec le nouvel océan qui va apparaitre en Afrique de l’Est. D’ici là, des générations de scientifiques auront l’occasion d’être les témoins directs d’un phénomène grandiose.

À lire aussi : On a découvert une nouvelle population d’anciens humains en Afrique