Un papyrus vieux de 2000 ans a été déchiffré à Bâle

Au fil des années, les chercheurs ont retrouvé de nombreux papyrus. Pourtant, jusqu’ici, seulement 5% d’entre eux ont été traduits et publiés. En 2015, une collection de papyrus vieille de 2000 ans a été mise à jour par la Bibliothèque universitaire de Bâle. Celle-ci regroupe 65 textes en grec, latin, copte et écriture hiératique. L’un des documents, arrivé à Bâle au 16e siècle, s’est avéré être un vrai casse-tête pour les scientifiques qui ont tenté de le déchiffrer.

Dernièrement, une équipe de l’Université de Bâle a enfin réussi à démêler l’énigme. Il s’agissait en fait de plusieurs couches de papyrus écrits des deux côtés et collés ensemble. Les chercheurs ont découvert que le rouleau dissimulait des textes écrits par un médecin de l’Antiquité gréco-romaine ou bien des commentaires sur ses écrits.

Papyrus

Afin de déchiffrer le document, les chercheurs ont soigneusement séparé les couches de papyrus. « Il s’agit d’une découverte sensationnelle », a déclaré Sabine Huebner, professeure d’histoire ancienne, lors d’un communiqué de l’Université de Bâle qui a eu lieu jeudi dernier.

La théorie de l’apnée hystérique

Les chercheurs ont attribué le texte à Claude Galien (129-216), considéré comme le dernier des grands médecins fondateurs de l’Antiquité gréco-romaine et l’un des précurseurs de la médecine européenne.

Le document parle d’une de ses théories : « l’apnée hystérique » ou « l’arrêt respiratoire hystérique ». Cette pathologie serait caractérisée par l’errance de l’utérus autour du corps, provoquant un bouleversement émotionnel. Ses effets seraient particulièrement sévères chez les femmes qui ne jouissent pas d’un coït régulier.

Naturellement, plus tard, avec l’évolution de la médecine, la théorie a été discréditée. Cette découverte est ainsi un triste rappel de l’époque où l’hystérie était encore mal comprise et de ce qui arrivait aux femmes présumées en être atteintes.

Un traitement pour les femmes qui manquent de sexe

Hippocrate, homologue de Galien et considéré comme le père de la médecine, a préconisé un traitement que les hommes devraient immédiatement entreprendre au cas où ils constatent que le manque de sexe pousse leur femme aux distractions.

Voici un extrait de ce qu’il a écrit dans Diseases of Women : « Vous devriez la laver soigneusement avec de l’eau chaude, et si elle ne répond pas, avec du froid, de la tête vers le bas, en utilisant de l’eau fraîche dans laquelle vous avez bouilli le laurier et le myrte ».

Pour Sabine Huebner, la découverte n’en est pas moins importante. Elle estime que ce document a bien plus de valeur que les lettres, contrats ou quittances qui constituent la majorité des papyrus. Les chercheurs ont d’ailleurs reçu le soutien du Fonds national suisse dans la numérisation de la collection. Ils disposeront également de certains instruments d’analyse modernes qui serviront notamment à la datation des encres.

Mots-clés archéologieégypte