Un policier aurait utilisé Tinder pour avoir des rapports sexuels avec une adolescente de 15 ans

Match.com n’est visiblement pas le seul site à attirer les prédateurs sexuels. Preuve en est, un policier anglais est accusé d’avoir utilisé Tinder pour séduire une adolescente de 15 ans. Pour la séduire, mais aussi pour la manipuler et il est ainsi accusé d’avoir eu plusieurs rapports sexuels avec elle. Cela ne l’a cependant pas empêché d’être libéré sous caution.

L’enquête étant toujours en cours, les informations qui suivent sont à prendre avec la plus grande prudence. Il faudra effectivement attendre le procès pour que toute la lumière soit faite sur cette triste affaire.

Policier Tinder

Un policier est accusé d’avoir eu des rapports sexuels avec une adolescente. Ils se seraient rencontrés sur Tinder.

D’après les informations dont on dispose, le policier et la jeune fille habitent tous les deux à Londres.

Le policier et l’adolescente se seraient rencontrés sur Tinder

Ils se seraient rencontrés sur Tinder, une application de rencontre très populaire dans le milieu. Ce détail n’est d’ailleurs pas anodin compte tenu du fonctionnement de l’application.

Pour que deux utilisateurs puissent discuter ensemble, ils doivent effectivement obtenir un “match” de l’autre.

Quoi qu’il en soit, le policier aurait rencontré la jeune fille plusieurs fois au début de l’année, dans le centre de Londres. Ils auraient (notez le conditionnel) eu plusieurs rapports sexuels sur cette période.

Leur liaison a éclaté au grand jour lorsque l’homme a tenté de rendre visite à l’adolescente alors qu’elle séjournait dans un hôpital. On ne sait pas ce qui s’est réellement passé à cette occasion mais d’autres policiers sont intervenus sur place pour procéder à son arrestation et il a alors été conduit au poste de police le plus proche de chez lui.

Bientôt des mesures pour mieux encadrer les sites de rencontres ?

Sa culpabilité n’ayant pas été prouvée, l’homme a été libéré sous caution mais il a du changer d’adresses pour s’éloigner de l’adolescente. En outre, il lui est formellement interdit de chercher à la recontacter.

Cette affaire a été rendue publique quelques jours après qu’un violeur en série ait été condamné à une peine de prison à vie, un violeur qui utilisait Match.com pour trouver et pour rencontrer ses victimes.

Ce dernier a d’ailleurs pu agir en toute impunité durant plusieurs années alors même que ses profils avaient été signalés plusieurs fois.

Face à la situation, il ne serait donc pas étonnant que le gouvernement anglais prenne des mesures pour mieux encadrer les sites et les applications de rencontre. Et s’il prend cette décision, alors il ne sera pas étonnant que la France et le reste de l’Europe cherchent à en faire autant dans un avenir proche.

Mots-clés tinder