Un Prankster arrêté pour avoir organisé un faux kidnapping

Leigh Ford voulait faire une blague à sa petite-amie enceinte et il a donc organisé son faux enlèvement. Inquiète, sa moitié a donc prévenu les autorités et ces dernières ont envoyé sur place une équipe d’intervention et un médiateur.

Originaire de Blackpool en Angleterre, Leigh Ford travaille depuis plusieurs années comme déménageur.

Prison Chine

L’homme est âgé de quarante-cinq ans et il partage sa vie avec une femme depuis plusieurs années.

Les pranks les plus courtes sont les meilleures

Plus tôt dans l’année, Leigh a eu l’idée un peu bizarre d’organiser un faux kidnapping afin de pouvoir aller voir des coups avec ses amis.

Il a donc demandé à deux camarades de lui mettre un sac sur la tête, de le traîner à l’arrière d’une camionnette et de passer ensuite plusieurs coups de fil à sa petite amie afin de lui demander de leur verser une rançon de 80 £.

Histoire de donner un peu plus de relief au canular, les deux hommes ont menacé la femme de couper une jambe de l’élu de son cœur et de lui verser du sucre bouilli et du napalm sur son corps tout en lui coupant les attributs en petits morceaux.

Paniquée, la femme a immédiatement téléphoné à la police afin de déclarer l’enlèvement de son conjoint. Les autorités ont pris la menace au sérieux et elles ont donc envoyé sur place une équipe d’intervention, un hélicoptère, un médiateur et plusieurs policiers.

Une opération dont le coût a été estimé à un peu plus de 30 000 £.

4 mois de prison fermes

Pendant vingt-quatre heures, les policiers ont tenté de négocier avec les faux ravisseurs avant de découvrir des images de vidéosurveillance prises devant un magasin, des images montrant l’homme transportant des sacs d’alcool en compagnie de ses deux amis.

Inutile de le préciser, mais les autorités n’ont pas franchement apprécié la plaisanterie et Leigh Ford a donc été poursuivi en justice.

L’homme est passé devant le tribunal de Blackpool un peu plus tôt dans le mois afin de répondre de ses actes. Les magistrats n’ont pas été particulièrement réceptifs à ses explications et Leigh a donc été condamné à une peine de prison de quatre mois fermes. Il loupera donc la naissance de son enfant.

Ian Robertson, le président de la Cour, a conscience que la peine peut paraître sévère, mais il a estimé qu’il était de son devoir d’envoyer un message clair et ferme afin d’éviter que de tels incidents ne se reproduisent à l’avenir.

Mots-clés justicepranks