Un Prankster poursuivi pour harcèlement sexuel en Chine

Xu est un prankster assez connu en Chine et il est souvent la cible de très vives critiques en raison de la nature sexiste de certains de ses canulars. Le dernier en date lui a valu d’être poursuivi en justice.

Pour celles et ceux qui ne seraient pas familiers de la chose, il est sans doute préférable de commencer par rappeler ce que sont les “pranks”. Relativement récent, ce mouvement est né sur YouTube et il consiste tout simplement à monter et filmer des canulars afin de se faire connaître et d’accumuler le nombre de vues ou de likes.

Prank

Toutefois et contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, ces farces ne se limitent pas à YouTube et elles sont également très répandues sur certaines plateformes sociales asiatiques.

Xu, le roi de la prank sexiste

La Chine elle-même compte de nombreux “pranksters” dans ses rangs et le fameux Xu en fait donc partie. Il est même très familier de la chose et il a ainsi organisé des dizaines de canulars au fil de ces dernières années.

Ces “farces” lui ont cependant valu de nombreuses critiques, et ce pour une raison assez évidente. Xu vise surtout les femmes et il passe le plus clair de son temps à chercher les excuses les plus farfelues afin de pouvoir toucher leur poitrine ou même leurs fesses.

Dernièrement, Xu a donc écumé les rues de Shanghai en proposant aux femmes de renifler leur poitrine pour une bonne cause. Il leur a en effet promis de verser 10 yuans (environ 1,20 €) à la Croix-Rouge en échange de cette action totalement désintéressée.

Sauf que voilà, tout ceci n’était qu’une vaste blague destinée à faire le maximum de buzz. L’homme n’a en effet pas versé le moindre centime à une quelconque association et il s’est donc contenté de peloter les femmes croisées dans la rue.

La police l’a placé en détention pendant quatorze jours

Bien sûr, sa vidéo a suscité l’indignation chez les internautes et Xu a été la cible de vives critiques. Très vives, même. Le dossier a donc fini sur le bureau des autorités chinoises et la police a fini par placer l’homme en détention tout en publiant un communiqué encourageant les femmes victimes de sa mauvaise plaisanterie à se manifester.

Xu a passé quatorze jours en prison avant d’être relâché. Il a ensuite publié des excuses en ligne tout en reconnaissant que sa blague n’était peut-être pas aussi drôle qu’il le pensait.

Il faut tout de même noter que l’homme n’en est pas à son premier coup d’éclat et il est ainsi très coutumier de la chose. En réalité, il a publié de nombreuses vidéos de ce type par le passé et certaines d’entre elles ont très bien marché. La dernière a ainsi totalisé trois millions de vues.

Ceci étant, ces dernières risquent de finir par se retourner contre lui compte tenu de la législation chinoise. Ces voies de fait peuvent en effet être sanctionnées par une peine d’emprisonnement maximale de cinq ans.

Mots-clés chinejustice