Un quasi-cristal de l’espace a été découvert en Sibérie

Il se passe visiblement de drôle de choses en Sibérie. Preuve en est, en effectuant des recherches dans la région, des scientifiques ont eu la surprise de tomber sur un quasi-cristal à l’état naturel. Mieux, ce dernier aurait en plus pas mal voyagé puisqu’il viendrait en réalité… de l’espace. Et plus précisément d’une météorite.

Identifiés pour la première fois au début des années 80 par Dan Shechtman, les quasi-cristaux se présentent sous la forme de solides dotés d’une structure cristalline non périodique.

Quasi-cristal

Les quasi-cristaux ne sont clairement pas des cristaux comme les autres et c’est ce qui fait tout leur charme.

Pour expliquer le concept, Patricia Thiel, une experte en chimie, utilise généralement la métaphore du carrelage de la salle de bain.

Les quasi-cristaux, des cristaux pas comme les autres

Si vous avez été amenés à en poser, alors vous savez sans doute que les carreaux doivent impérativement être des triangles, des carrés ou même des hexagones pour pouvoir recouvrir les murs ou les sols sans laisser de vide. C’est un peu la même chose pour les cristaux.

Le quasi-cristal échappe à cette règle cependant et c’est précisément ce qui le rend aussi intéressant. Accessoirement, c’est aussi pour cette raison que Dan Shechtman a reçu le prix Nobel de Chimie en 2011.

La découverte faite par le chercheur a effectivement ébranlé tout ce que nous pensions connaître des structures de diffraction.

À l’époque, de nombreux scientifiques avaient d’ailleurs remis en question les travaux du spécialiste. Ils ont cependant fini par se rallier à sa cause après avoir reproduit son expérience à travers leur propre laboratoire. En 1992, l’Union Internationale de Cristallographie a fini par modifier la définition d’un cristal afin de prendre en compte les recherches de l’homme.

Des spécimens venus de l’espace

Pendant très longtemps, les scientifiques ont cru que les quasi-cristaux n’existaient pas à l’état naturel. Tout a cependant changé en 2009 lorsqu’un quasi-cristal a été découvert dans des échantillons en provenance des montagnes de Koriakie, dans l’extrême est de la Russie. Cette découverte avait d’ailleurs provoqué un véritable séisme.

D’autres spécimens ont été trouvés dans les années suivantes, toujours dans le même échantillon.

Ce n’est pas le plus intéressant, car l’échantillon en question ne vient pas de notre planète, mais plutôt d’une météorite. De nombreux chercheurs se sont penchés sur ces quasi-cristaux. En les analysant, ils ont découvert que tous ces cristaux avaient une structure atomique et une composition chimique uniques.

D’après les derniers tests, ces quasi-cristaux seraient faits d’un mélange de fer, de cuivre et d’aluminium disposés selon un motif relativement proche du pentagone.

Le dernier spécimen découvert par les chercheurs est d’ailleurs le plus intéressant. Il dispose en effet d’une symétrie proche de celle de l’icosaèdre avec pas moins de soixante points de symétrie. Les chercheurs qui l’ont analysé ont d’ailleurs comparé le motif à celui… d’un ballon de football.

srep38117-f1

Mots-clés chimieinsolite