Un robot contourne des obstacles en réfléchissant

Des chercheurs japonais viennent de réaliser un exploit qui pourrait révolutionner le monde de la robotique et de l’intelligence artificielle. Concrètement, ils ont mis au point un robot fonctionnant sur des roues, pas plus grand qu’une main, qui se présente sous la forme d’une boîte circulaire noire avec des lumières LED. Le petit engin a été soumis à différents tests auxquels il s’est retrouvé seul face à une série d’obstacles. A lui tout seul, il a réussi à sortir de tout un labyrinthe. Cette faculté de réflexion lui vient notamment d’un réseau neuronal ayant été entraîné en laboratoire.

Un robot qui essaie de contourner des obstacles intelligemment

DailyMail

En effet, ces chercheurs de l’université de Tokyo ont cultivé des neurones et les ont reliés au robot via des électrodes. Le plus fascinant est que ces neurones artificiels ont été cultivés à partir de cellules vivantes du cerveau humain. Tout comme chez l’homme, le réseau de neurones artificiels aide le robot à traiter spontanément des informations sur son environnement.

Force est de reconnaître que cet exploit marque une étape déterminante par rapport au défi de transmettre l’intelligence aux robots. Les détails de l’étude ont été initialement publiés dans Applied Physics Letters.

Un robot qui réagit intelligemment à son environnement ?

Il est important de souligner que les neurones artificiels n’étaient pas intégrés dans le robot. Ils étaient plutôt reliés à lui via un réseau sans fil.

Notons que le neurone est une cellule nerveuse électriquement excitable. Son rôle consiste à capter, traiter et transmettre des informations au travers de signaux électriques et chimiques. C’est la stimulation neuronale, par exemple, qui nous permet de retirer inconsciemment un doigt qui se brûle.

C’est cette aptitude de réagir intelligemment à son environnement que les chercheurs japonais ont essayé de transmettre au robot.

Et puisque l’hésitation mène à la réflexion…

Ainsi, lorsque celui-ci progressait vers son objectif, il recevait des signaux homéostatiques. Ces signaux étaient toutefois perturbés lorsque la machine rencontrait des obstacles. C’est ce changement qui lui fait hésiter et l’amène à réfléchir sur la manière dont il va contourner l’obstacle.

« Nous avons mis au point un système en boucle fermée pour générer un signal cohérent à partir d’une culture neuronale vivante et spontanément active, et nous avons incorporé cette culture à un véhicule robot mobile. »