Un robot de sécurité K5 s’est donné la mort

Un robot de sécurité Knightscope K5 s’est jeté dans une fontaine du centre commercial de Washington DC au début de la semaine. Bug, surchauffe des circuits ou d’autres raisons peuvent être les causes de l’incident. D’après le vice-président du marketing du constructeur robotique, une enquête serait actuellement en cours pour déterminer les causes de l’accident.

Fort heureusement, aucune victime n’a été enregistrée en dehors de la perte du robot.

Robot K5

Selon un porte-parole du complexe Washington Harbour, le modèle K5 qui s’est échoué utilisait un programme pilote en phase de rodage et de corrections de bugs. Pour le public, c’est toute une autre histoire, puisque les robots K5 ont été présentés comme la référence dans le monde de la robotique. Ce bug est donc incompréhensible.

Un robot K5 a foncé dans une fontaine

Il s’agit d’un incident peut-être minime, mais qui pourrait porter atteinte à l’image de Knightscope. L’entreprise s’est d’ailleurs engagée à veiller à ce que cela ne se reproduise plus.

Knightscope a conçu ce modèle dans le but d’en faire des « gardiens » en charge de la sécurité des entreprises, centres commerciaux… Il n’est pas pour autant exempt de défaillance au niveau de son système.

En 2016, un enfant de 16 mois s’est ainsi fait piétiner par un robot veilleur de l’entreprise, dans un centre commercial de la Silicon Valley. Heureusement, l’enfant s’en est sorti sans fracture ni blessures graves.

« Défaillances des capteurs du robot », tels étaient les explications fournies par Knightscope. L’entreprise a reconnu les défauts de son K5 qui n’a pas su manœuvrer correctement face à un obstacle. La marque a également présenté ses excuses auprès de la famille du petit.

Un robot pourtant prometteur

Dévoilés en 2015, les robots Knightscope K5 semblaient pourtant à des années-lumière d’un possible bug ou autres défaillances techniques. Ils présentent en effet toutes les caractéristiques et les fonctionnalités du robot-gardien parfait. Chaque patrouilleur robotique est doté de plusieurs capteurs et détecteurs de mouvements.

À cela s’ajoutent quatre caméras infrarouges à 360 degrés qui leur permettent de garder un œil vigilant sur tout ce qui les entoure.

Les images et vidéos enregistrées par les robots sont retransmises en temps réel aux forces de l’ordre qui peuvent agir très rapidement en cas de danger. En enchaînant cependant les défaillances, ces patrouilleurs pourraient bien susciter la méfiance du public.

Mots-clés robotiquerobots