Intelligence artificielle: dans quelques années, ce sera un robot qui effectuera les points de suture à la place d’un chirurgien

L’intelligence artificielle gagne de plus en plus de place dans le monde de la médecine. Des chercheurs de l’Université de Californie à Berkeley, en collaboration avec Intel, ont mis sur pied un robot dont la mission consiste à faire des points de suture. Baptisé « Motion2Vec », le dispositif est en mesure de refermer un patient à la place d’un chirurgien qui la supervise partiellement.

Pour l’heure, le robot est toujours en phase d’expérimentation, mais il va sans dire que ce dernier sera d’une utilité considérable dans un bloc opératoire une fois qu’il sera vraiment au point. Le docteur Ajay Tanwani, un des chercheurs qui travaille sur le développement du système, a toutefois souligné que le dispositif ne prendra pas complètement la place d’un chirurgien humain.

Crédits: Pixabay

Grâce à Motion2Vec, les médecins ne seront plus bientôt obligés de répéter à maintes reprises les mêmes mouvements simples qui sont nécessaires pour faire des points de suture.

Comment les chercheurs ont réussi à apprendre des points de suture à Motion2Vec?

L’intelligence artificielle apprend à recoudre en observant des vidéos de chirurgiens en train d’effectuer le travail. Les séances d’observations visuelles aident par la suite le robot à reproduire avec précision les gestes qu’il a vu allant de l’insertion et de l’extraction au transfert d’aiguille.

L’équipe qui travaille sur le projet a pris des vidéos chirurgicales de la base de données JIGSAWS pour tester les performances du système. Le site d’information 20minutes rapporte que Motion2Vec a eu un taux de réussite de 85,5% pour 78 films visionnés. Une marge d’erreur moyenne de 0,94 centimètre a quand même été constatée dans les résultats.

À lire aussi : Et si la chirurgie de la tête et du cou avait été inventée par les Romains ?

D’autres potentiels à exploiter

Le docteur Ken Goldberg, qui n’est autre que le dirigeant du laboratoire UC Berkeley et également conseiller de l’équipe de recherche, a aussi dévoilé un détail important sur le fonctionnement du système. Si l’on croit ce dernier, dans tous les cas, il reviendra toujours aux médecins d’indiquer l’endroit où le robot doit coudre et de définir le nombre de sutures à effectuer.

A ce titre, Motion2Vec va seulement servir d’assistant aux vrais chirurgiens qui auront la possibilité d’investir leur temps sur d’autres tâches plus complexes. Avec quelques améliorations, le dispositif pourrait éventuellement effectuer un débridement de plaies chirurgicales. Tanwani a pourtant bien fait comprendre que Motion2Vec ne sera pas prêt avant quelques années.

À lire aussi : La chirurgie esthétique très prisée des utilisateurs de Tinder et Snapchat