Un rover autonome pour étudier les grands fonds marins 

Chaque année, les activités humaines génèrent plusieurs tonnes de dioxyde de carbone. Toutefois, l’océan et ses habitants ont permis de retarder la catastrophe en absorbant plus d’un quart de ces CO2. Ainsi, l’océan joue un rôle important dans le cycle du carbone et le climat terrestre en séquestrant le dioxyde de carbone. De ce fait, les scientifiques désirent mieux comprendre comment circule le carbone entre la surface de l’océan et les abysses.

Le Benthic Rover II dans les grands fonds marins.

Cependant, les conditions extrêmes dans les abysses et les défis technologiques rendent les explorations et les études compliquées. Actuellement, on en connait plus sur la surface de la lune que sur les grands fonds marins. Le Monterey Bay Aquarium Research Institute (MBARI) travaille justement dans le but de pallier cette différence.

Grâce à 25 ans de progrès techniques et technologiques, le MBARI a créé Benthic Rover II, un rover autonome, pour surveiller les abysses. Les détails de son développement et de son fonctionnement ont été publiés le mercredi 3 novembre dans Science Robotics.

Observer et analyser dans des conditions extrêmes

Benthic Rover II a opéré en continu à la station M (site de recherche du MBARI) durant les sept dernières années. Ladite station se trouve à 225 km de la côte californienne centrale et à 4 000 m de profondeur

Grâce au rover, les scientifiques ont pu avancer dans leurs recherches. 

« Les données du Benthic Rover II nous ont aidés à quantifier quand, combien et quelles sources de carbone pourraient être séquestrées ou stockées dans les fonds marins abyssaux. »

Crissy Huffard, spécialiste principale de la recherche au MBARI

Toutefois, avant d’en arriver là, les scientifiques ont dû surmonter plusieurs obstacles techniques, dont le froid, la pression extrême et les propriétés corrosives de l’eau de mer. C’est dans cette optique qu’une équipe d’ingénieurs et de scientifiques du MBARI a travaillé avec acharnement pour développer Benthic Rover II. 

Un concentré d’innovations techniques et de progrès robotiques

Afin que Benthic Rover II réussisse sa mission, les ingénieurs ont dû le construire pour supporter les conditions extrêmes des abysses. Pour ce faire, le rover est fait en titane (résistant à la corrosion), en plastique et en mousse syntactique (résistant à la pression). Le tout lui permet d’être envoyé jusqu’à 6 000 m de profondeur

Par ailleurs, les constructeurs ont également fait attention au côté informatique de l’appareil, sans compter sa consommation d’énergie qui est extrêmement faible malgré sa taille et son travail. Cette structure lui permet de fonctionner 24 h/24 pendant un an.

En tout, Benthic Rover II a la taille d’un petit automobile de 2,6 m de long, 1,7 m de large et 1,5 m de haut. Il est équipé d’une paire de grandes chenilles en caoutchouc lui octroyant sa mobilité.