Un satellite dédié à la lutte contre le réchauffement climatique

La population mondiale commence à se rendre davantage conscience de l’effet de ses actions sur le climat. Le réchauffement climatique est déjà devenu un problème global à l’heure actuelle. Chaque pays et chaque organisation tentent de déployer des mesures de riposte, adaptées à leur possibilité. Récemment, les satellites sont entrés en jeu.

À ce propos, le lanceur léger européen Vega a accompli avec succès sa mission, placer en orbite deux satellites. Vega est le huitième lanceur envoyé depuis le Centre spatial de Kourou cette année. L’un des satellites appartient au gouvernement italien. L’autre est dédié aux effets du changement climatique sur la végétation.

Âge Terre

Cette mission va durer deux ans et demi pour photographier des forêts, des rivières, des glaciers et bien plus. D’autres missions suivront ensuite.

Lancement réussi par Vega

Le lanceur Vega a décollé du Centre spatial de Kourou, en Guyane française, le mardi 1er août 2017 à 22h56 (01h36 GMT), pour mettre en orbite deux satellites dont Venµs, le microsatellite dédié à l’observation du changement climatique sur les végétaux. C’est une première mondiale.

L’autre satellite, OPSTAT-3000, est également placé en orbite. Pendant dix ans, celui-ci va fournir ses services au Ministère italien de la Défense.

Il dispose de la capacité de prendre des photos hautes résolutions de n’importe quel coin du globe.

Les missions de Venµs

Venµs (Vegetation and Environment monitoring on a New Micro Satellite) a pour mission de photographier tous les deux jours cent dix sites spécifiques à travers le monde. Le but est de comprendre l’évolution de la végétation et celle des stocks de carbone. Il montrera l’impact du changement climatique sur les écosystèmes naturels et l’agriculture.

Il faut savoir que Venµs est un satellite franco-israélien, créé et piloté plus précisément par l’Agence spatiale israélienne et le Centre national d’études spatiales (CNES). Il aura alors pour mission complémentaire d’étudier le système israélien de propulsion électrique, pendant toute une année. Sa dernière mission reste encore à définir.

Bien que la science soit mise à disposition pour mieux comprendre afin de mieux résoudre le problème du réchauffement climatique, la contribution de chacun est indispensable. L’avenir de l’humanité en dépend…

Mots-clés écologieespace