Un selfie a permis d’arrêter une meurtrière

Une affaire de meurtre a pu être résolue grâce à un simple selfie. En mars 2015, la jeune Brittney Gargol, 18 ans, a été retrouvée morte étranglée avec une ceinture. Deux ans plus tard, les autorités canadiennes ont pu conclure l’enquête grâce à une photo postée sur Facebook quelques heures avant le drame. Il s’agit d’un selfie de Brittney avec sa meilleure amie Cheyenne Antoine.

Le cliché a permis de prouver la culpabilité de Cheyenne, 21 ans. Sur la photo, cette dernière portait une ceinture similaire à celle retrouvée sur les lieux du crime. Pour trouver cette preuve accablante, les enquêteurs ont dû se montrer très patients et méthodiques. D’autant plus que Cheyenne avait tenté de semer de fausses pistes pour éviter que les autorités ne puissent remonter à elle.

Selfie Meurtre

La jeune femme a été reconnue coupable le lundi 15 janvier 2018. Elle a été condamnée à sept ans de prison pour meurtre au second degré et homicide involontaire.

Une affaire compliquée

Le meurtre de Brittney a eu lieu il y a de cela deux ans. La jeune femme avait disparu après avoir passé une soirée très arrosée avec Cheyenne. Interrogée par la police, cette dernière avait affirmé qu’elles n’étaient pas rentrées ensemble, car Brittney était repartie avec un inconnu. Son corps sans vie n’a été découvert près d’une décharge de Saskatoon au Canada que quelques jours plus tard. Une ceinture, retrouvée non loin de la victime, a été déterminée comme étant l’arme du crime.

Les enquêteurs ont dû effectuer un véritable travail de fourmis pour pouvoir remonter jusqu’au coupable. Les investigations ont duré plusieurs mois. Le procureur, interrogé par la CBC, n’a d’ailleurs pas caché son soulagement en qualifiant cette affaire finalement résolue de « compliquée ».

Trahie par un selfie

Cheyenne avait été considérée comme la suspecte n°1 dès que les autorités ont compris qu’elle avait menti en déclarant qu’elle et Brittney n’étaient pas rentrées ensemble. Le visionnage des vidéos de surveillance du pub où elles sont allées a permis de prouver le contraire. La jeune femme a également tenté de se fabriquer un alibi en postant une photo sur Facebook, accompagnée du post suivant « Où es-tu ? Je n’ai pas eu de tes nouvelles, j’espère que tu es chez toi en sécurité. »

C’est justement ce selfie que Cheyenne a posté environ six heures avant la découverte du corps qui l’a trahi, car c’est sur photo qu’elle portait la ceinture, l’arme du crime.

La jeune femme a finalement plaidé coupable pour le meurtre de sa meilleure amie. Elle a expliqué n’avoir aucun souvenir de la façon dont elle a tué Brittney, juste qu’elles se sont disputées et que Cheyenne a du perdre le contrôle sous l’effet de l’alcool. « Je ne me le pardonnerai jamais. Rien ne la ramènera, je suis vraiment désolée. » a-t-elle déclaré par l’intermédiaire de son avocat.

Mots-clés justiceselfie