Un sénateur américain accuse Tesla de tromper ses clients avec son système d’assistance au conducteur Autopilot

Le vendredi 24 janvier 2020, un sénateur américain a interpellé le constructeur automobile Tesla et lui a demandé de renommer son système d’aide à la conduite Autopilot car, selon ce sénateur, ce nom est « intrinsèquement trompeur » et l’utilisation de ce système peut s’avérer dangereuse pour les clients.

Tesla, en réponse à cette accusation, a déclaré dans une lettre qu’il avait pris les mesures nécessaires pour garantir la sécurité du conducteur en améliorant, par exemple, les caractéristiques de sécurité de son système Autopilot.

Crédits Unsplash

Parmi ces changements, le constructeur de voitures électriques a introduit de nouveaux  avertissements pour les feux rouges et les panneaux d’arrêt en 2019, « afin de minimiser le risque potentiel de feu rouge ou d’arrêt du panneau en raison de l’inattention temporaire du conducteur ».

Pour le sénateur, l’Autopilot de Tesla n’est pas encore assez sécuritaire

C’est le sénateur Edward Markey qui a interpellé l’entreprise. Selon lui, même si les dangers potentiels du pilote automatique pouvaient être réduits, il faudrait impérativement « renommer et commercialiser le système pour réduire les abus, ainsi qu’à créer des outils de surveillance des pilotes de sauvegarde qui garantiront que personne ne s’endort au volant ».

Le sénateur a exprimé ses inquiétudes dans un communiqué de presse, avec en copie, une déclaration de Tesla faite le 20 décembre 2019 répondant à certaines des préoccupations du sénateur démocrate. Il est effectivement à rappeler que l’Autopilot de Tesla est impliqué dans trois accidents mortels survenus aux États-Unis depuis 2016.

Tesla accuse les conducteurs qui s’endorment au volant de « mauvais acteurs »

Ces accidents impliquant le pilote automatique ont soulevé des doutes sur la capacité du système d’aide à la conduite à détecter les dangers, et particulièrement, les objets immobiles, rapporte Reuters. Le sénateur a également évoqué des vidéos de conducteurs de Tesla qui semblaient s’endormir au volant après l’activation du pilote automatique. Mais selon Tesla, ces vidéos ne montraient que « quelques mauvais acteurs qui abusent grossièrement du pilote automatique ». Elles ne représentent « qu’un très faible pourcentage de notre clientèle ».

D’autre part, le sénateur déclare qu’il serait facile de duper l’Autopilot de Tesla, les utilisateurs n’aurait qu’à : « coller une banane ou une bouteille d’eau sur le volant pour donner l’impression qu’ils contrôlent le véhicule ». Toutefois, le constructeur s’est défendu en affirmant que son système de contrôle d’attention pouvait détecter les situations dans lesquelles le conducteur ne pouvait pas assurer le contrôle du véhicule. « Une main molle d’un conducteur somnolant sur le volant sera détectée, tout comme une pression grossière de la main et le contrôle maladroit d’un conducteur ivre ».

Ainsi, les conducteurs peuvent jusqu’à une certaine mesure faire confiance à l’Autopilot de Tesla, du moins…a priori.