Un squelette de “tigre à dents de sabre” bientôt aux enchères

Découvert dans un ranch aux États-Unis en 2019, le squelette en excellent état d’un tigre à dents de sabre sera vendu aux enchères, à l’Hôtel des Ventes Piguet (Suisse), le 8 décembre prochain. Ce dernier fera partie d’un lot qui comprendra plusieurs autres pièces, dont une dent de T-Rex.

Pour Bernard Piguet, le directeur de la maison de ventes, ce squelette de prédateur complet à 90 % et âgé de 37 millions d’années, mérite bien sa place dans ces enchères. Même si c’est loin de plaire à tout le monde.

Une sculpture de tigre à dents de sabre

Photo de Siggy Nowak. Crédits Pixabay

En effet, de nombreux paléontologues insistent sur le fait que la place d’un tel objet devrait être dans un musée, au profit de la science et du grand public, mais non aux enchères, pour ensuite finir chez un collectionneur.

De son vivant à la mise en vente de son squelette aux enchères

De son vivant, ce tigre à dents de sabre avait arpenté les vastes étendues de l’Amérique du Nord. Scientifiquement appelé Hoplophoneus, le spécimen appartenait à la famille des Nimravidae. Après sa mort, suivi de 37 millions d’années à rester enfoui sous terre, les restes fossilisés de cet Hoplophoneus ont resurgi du passé, libérés par l’érosion. Ce qui a laissé une partie de ses ossements à découvert.

Selon Yann Cuenin, le collectionneur suisse à qui appartiennent les nombreux lots paléontologiques qui seront mis en vente, le squelette de ce prédateur a été découvert vers la fin de l’été 2019, dans le Dakota du Sud (États-Unis), sur un ranch, durant la dernière saison de fouilles. Le propriétaire des lieux aurait alors repéré les restes de cet animal juste en se promenant.

Pour information, ce squelette est complet à 90 %, l’impression 3D venant compléter les parties manquantes, ce qui a permis sa reconstruction intégrale. De ce fait, ce squelette n’est pas uniquement qu’une relique, mais également une œuvre de la technologie moderne, comme le souligne Piguet.

Les paléontologues s’insurgent contre cette vente aux enchères

De nombreux paléontologues sont ainsi contre cette vente. Selon ces derniers, de tels fossiles d’animaux ne sont pas des objets de décoration que l’on devrait vendre aux enchères. Une telle pièce, en tant qu’objet scientifique, a plutôt sa place dans un musée, et non dans la demeure d’un collectionneur.

Pour se défendre, Piguet a déclaré qu’en matière d’ossements de tigres à dents de sabre, les musées sont déjà bien remplis. Par ailleurs, en plus de donner de la valeur artistique aux fossiles, ce genre de vente aux enchères permet de beaucoup mieux faire vivre l’histoire de notre planète et des créatures qui y ont vécu.

Si l’acquisition de cette pièce faisant environ 1,20 m de long vous intéresse, comptez entre 66 560 et 88 750 dollars pour l’acquérir. Et rendez-vous au 8 décembre pour la suite de l’histoire.