Un squelette vieux de 2000 ans retrouvé dans une épave en Grèce

Un squelette âgé de 2000 ans a été retrouvé par une équipe d’archéologues, dans une épave reposant à 50 m de fond au large de l’île grecque d’Anticythère (une petite île située au sud-est du Péloponnèse), le 31 août dernier. Le squelette, en excellent état de conservation, n’a pas fini de livrer ses secrets, et pourrait bien permettre aux chercheurs d’avoir plus d’informations sur le navire dans lequel il a été retrouvé.

Une épave bien connue des services d’archéologie puisque c’est à son bord qu’avait été découvert en 1900, le mystérieux mécanisme d’Anticythère, une trouvaille exceptionnelle considérée comme la plus ancienne machine à calculer astronomique jamais retrouvée. Inutile, dans ces conditions, de préciser que la découverte de ce squelette revêt un intérêt tout particulier pour la communauté scientifique.

squelette-epave-grece

Un squelette âgé de 2000 ans a été retrouvé dans une épave en Grèce

Le squelette, baptisé Pamphilos par les archéologues (nom inscrit sur une coupe de vin retrouvée elle aussi sur l’épave, et signifiant “aimé de tous”), semblerait être celui d’un jeune homme vraisemblablement présent sur le navire lors de son naufrage au cours d’une tempête. Certains de ses ossements pourraient quant à eux permettre aux chercheurs de procéder à des analyses ADN.

Un squelette en très bon état de conservation

C’est ce que l’équipe scientifique explique dans des propos recueillis par la revue “Nature“. Retrouvés sous 50 cm de débris de poterie et de sable, les ossements appartiendraient bien à une seule et même personne, un jeune homme, comme semblent le confirmer certaines analyses menées depuis sa découverte.

Hannes Schroeder, spécialiste de l’analyse d’ADN ancien au Musée d’histoire naturelle de Copenhague, s’étonne : “Les os n’ont pas l’air d’avoir 2000 ans.”, et explique que certains d’entre eux sont propices aux analyses ADN.

C’est notamment le cas d’une partie d’os présente derrière l’oreille qui a été retrouvé (en tout ce sont trois dents, une partie d’un crâne, deux os du bras, plusieurs côtes et deux fémurs qui ont été découverts), et qui permettrait aux chercheurs de connaitre certains détails concernant Pamphilos, comme la couleur de ses yeux, de ses cheveux, mais aussi ses origines ethniques.

Les archéologues sont enthousiastes, mais attendent toujours le feu vert des autorités grecques pour se lancer dans des analyses approfondies, qui permettraient peut-être de déterminer qui était ce jeune homme. Il y a en tout cas de grandes chances pour que nous entendions à nouveau parler de Pamphilos dans les prochains mois…

Crédit photo