Un tétraplégique marche grâce à l’intelligence artificielle

Alim-Louis Benabid, un neurochirurgien originaire de Grenoble, a récemment mené une opération chirurgicale délicate. L’intervention a été effectuée le mois dernier dans la capitale des Alpes. Concrètement, l’intervention a consisté à implanter une intelligence artificielle dans le cerveau d’un patient paralysé des membres inférieurs. L’objectif était en effet de lui permettre de remarcher de nouveau en contrôlant un exosquelette.

L’opération a été récemment discutée au WSSFN de Berlin. Il s’agit d’une réunion internationale réservée à la neurochirurgie. « Ce 21 juin, nous opérons un malade tétraplégique en installant deux implants dans son cerveau. » a commenté le spécialiste.

Cerveau

Alim-Louis Benabib est le  fondateur du centre biomédical de Grenoble appelé Clinatec. Ce célèbre neurochirurgien est également un adhérent de l’Académie des sciences.

Contrôler un exosquelette avec l’esprit

Depuis une trentaine d’années, ce neurochirurgien travaille pour trouver des solutions aux maladies les plus handicapantes.

Il a déjà réalisé de nombreuses opérations dans le monde entier. Dernièrement, il a annoncé le succès de l’introduction de l’intelligence artificielle dans le crâne d’un tétraplégique.

Sa technique est basée sur une mise en relation du cerveau humain avec un  ordinateur. Cette méthode est appelée « protocole BCI (Brain computer interface) ».

Il a toutefois rappelé que l’homme opéré restait entièrement dépendant lors d’une interview à Paris le 12 juin dernier, à l’occasion d’une entrevue organisée par l’Institut Diderot.

Un aboutissement qui interpelle

La Chine travaille elle aussi sur des technologies similaires, avec un traitement différent cependant. La technique mise au point par les chirurgiens repose ainsi sur deux implants composés chacun de soixante-quatre électrodes.

Ces derniers sont directement introduits dans le cerveau du  paralysé. Susceptible de provoquer des traumatismes de la colonne vertébrale, la stimulation ne peut être effectuée qu’au niveau du cerveau.

Le professeur Benabid a travaillé durant des années pour développer l’algorithme nécessaire  au fonctionnement de l’exosquelette-robot. Sur ce projet, il a été assisté par  « le LIST (institut qui focalise ses recherches sur les systèmes numériques intelligents, NDLR) du CEA ».

Il a également été confronté à des difficultés tout en restant persévérant. Pour lui, quand on est en face d’un problème, il faut trouver la bonne mesure.

RED by SFR : le forfait 5 Go à 10 € par mois à vie