Un ufologue et un généticien de Harvard veulent ramener à la vie le mammouth laineux

Le mammouth laineux a disparu de la surface de la Terre il y a maintenant plus de 4000 ans. Toutefois, dans un futur proche, il se pourrait qu’il y réapparaisse. En effet, il y a quelques années, une équipe de scientifiques menée par le généticien de Harvard George Church a commencé des recherches dans l’objectif de faire renaître cette espèce disparue. Récemment, l’équipe a annoncé que son projet pourrait désormais avoir toutes les chances d’aboutir. Le fait est que ces chercheurs ont reçu un coup de pouce de 15 millions de dollars de la part de l’entreprise Colossal.

Maintenant que George Church bénéficie du soutien de Ben Lamm (célèbre ufologue et cofondateur de l’entreprise Colossal), son rêve de ressusciter le mammouth laineux pourrait donc se réaliser. Pour rappel, c’est en 2015 que ce généticien a commencé à travailler sur ce projet de résurrection de cette espèce disparue.

Une illustration représentant un mammouth
Image par grafikacesky de Pixabay

À noter qu’en 2017, Church avait expliqué que son objectif était de créer « un embryon hybride entre un éléphant et un mammouth ». Il avait précisé que lui et ses collaborateurs prévoyaient en fait de donner naissance à un éléphant avec les caractéristiques similaires à celles d’un mammouth.

A lire aussi : Les scientifiques ont séquencé l’ADN de 3 spécimens de mammouth, dont un vieux de plus de 1,5 million d’années

Un mammouth laineux créé à partir d’ADN de mammouths et d’éléphants d’Asie

Si le projet de George Church se concrétisait, l’animal qui verrait le jour aurait donc de l’ADN de mammouths combiné à celui d’éléphants d’Asie. Après plusieurs années de recherche, l’équipe ce généticien a affirmé qu’elle avait déjà pu « ressusciter » plus de 40 gènes de mammouth. Ces scientifiques y seraient parvenus grâce à la technologie génétique CRISPR/Cas9. Ils ont aussi expliqué qu’aujourd’hui, ils pouvaient déjà extraire des parties du génome d’un éléphant d’Asie et les remplacer par celles du pachyderme disparu.

Ainsi, il se pourrait très bien qu’avec l’aide de Colossal, George Church parvienne à fabriquer des « mammouths éléphants ». Comme les mammouths d’origine, ces animaux créés par l’homme auraient alors des oreilles de petite taille, de longs poils et une importante couche de graisse sous leur peau. George Church a néanmoins précisé que leurs « mammouths éléphants » n’auraient pas de défenses, cela afin d’éviter qu’ils suscitent l’intérêt des trafiquants d’ivoire. En somme, il s’agira d’éléphants poilus avec des réserves de graisse, soit les caractéristiques nécessaires qui leur permettront de s’adapter au permafrost sibérien.

A lire aussi : On a retrouvé les restes bien conservés d’un mammouth

Pour lutter contre le réchauffement climatique !

Bien sûr, le projet du professeur Church a soulevé de nombreuses questions, notamment au niveau éthique. Il a aussi donné lieu à plusieurs critiques. Certains de ses détracteurs ont même fait référence au film « Jurassic Park » pour prévenir des risques auxquels une telle entreprise pourrait exposer à l’humanité. Cependant, d’après George Church, son projet n’a rien d’insensé. Au contraire, selon lui, il pourrait être des plus bénéfiques pour les hommes.

Pour se défendre, George Church a particulièrement insisté sur le fait que le retour des mammouths sur leur territoire d’origine permettrait de lutter contre le réchauffement climatique. En parcourant à nouveau la toundra arctique, ces imposants animaux limiteraient la formation de poches de gaz à effets de serre dans le sol sibérien.

En tout cas, face à ce projet, plusieurs chercheurs restent perplexes.

« Il suffit de voir les difficultés posées par la réintroduction des loups et des ours en France… Donc, imaginez ce qu’il pourrait se passer avec des bêtes de plusieurs tonnes ! »

Alexandre Robert, chercheur

N’empêche, à l’heure actuelle, rien ne semble plus pouvoir décourager George Church et son équipe.

« Jusqu’en 2021, le projet était un peu en veilleuse […] maintenant, nous pouvons y arriver. »

George Church