Un vaisseau spatial va percuter des astéroïdes pour dévier leur trajectoire

Toutes les données scientifiques montrent que la Terre n’est pas à l’abri des astéroïdes. Même un rocher d’une vingtaine de mètres pourrait causer des dégâts matériels et humains importants. Une équipe de chercheurs de la NASA se penche sur les moyens les plus efficaces pour protéger la planète contre ces corps souvent imprévisibles ou du moins d’atténuer leurs impacts.

Une solution consiste à percuter un vaisseau spatial contre un astéroïde potentiellement dangereux. Le but n’est pas de détruire le rocher, mais de changer sa trajectoire. Ce n’est pas la solution définitive pour la NASA, mais cela représente une première étape importante.

Simulateur astéroïdes

Pour cette « première mission de défense planétaire, » le vaisseau entrera en collision contre deux astéroïdes, respectivement de 800 et 160 mètres de diamètre.

Le projet de déviation de la trajectoire des astéroïdes

Les scientifiques disposent aujourd’hui des meilleures technologies pour détecter les astéroïdes potentiellement dangereux pour la planète. Le projet visant à les dévier de leur trajectoire est baptisé DART ou Double Asteroid Redirection Test. Il s’agit bien d’une double déviation car le vaisseau de la NASA percutera presque en même temps deux astéroïdes.

La navette sera lancée à plus de 21.436 km/h. Il entrera en collision d’abord avec Didymos qui fait 800 mètres de diamètre. L’appareil sera ensuite redirigé à la même vitesse contre Didymoon, 160 mètres de diamètre, un rocher qui tourne en orbite de Didymos.

Le manque de données limite les avancées

Le but est surtout de vérifier si la méthode est efficace. Même si c’est le cas, il n’est pas acquis que le gouvernement américain investisse davantage dans le projet. D’autres paramètres entrent en ligne de compte. Les scientifiques se penchent notamment sur les compositions des roches. Cependant, les données manquent encore à ce stade.

Ce manque de données pourrait être problématique pour un pays comme les États-Unis. Les scientifiques eux-mêmes estiment qu’ils ont besoin de plus de temps pour observer les gros astéroïdes répertoriés jusqu’ici. Ils n’ont de données complètes que sur le tiers d’entre eux. Cela suggère que la NASA n’a techniquement pas encore les moyens de protéger le sol américain de gros astéroïdes qui surgiraient de l’espace.

Les scientifiques de l’agence ont besoin de temps mais aussi et surtout de plus de fonds pour mener à bien leurs observations.