Un YouTubeur américain accusé d’avoir fait du chantage sexuel à des mineures

Austin Jones vient d’être mis en examen pour possession et production d’images pédopornographiques. Il est accusé d’avoir demandé à plusieurs fans mineures des vidéos à caractère sexuel.

Austin Jones a vingt-quatre ans et il anime depuis plusieurs années une chaîne YouTube dans laquelle il reprend tous les plus grands succès de la chanson américaine. Très en vue sur le marché américain, il compte un peu plus de 500 000 abonnés à sa chaîne, pour environ 26 millions de visionnages. Des chiffres très impressionnants.

Austin Jones

Selon le Chicago Tribune, l’homme aurait cependant la fâcheuse tendance à profiter de sa notoriété pour obtenir des contenus osés de la part de ses fans.

Austin Jones aurait demandé à ses fans mineures des vidéos osées

Austin Jones serait effectivement entré en contact avec plusieurs de ses admiratrices par le biais de Facebook Messenger pour leur demander de lui envoyer des vidéos osées dans lesquelles elles devaient se déshabiller ou même mimer des actes sexuels.

Il aurait également demandé à plusieurs d’entre elles de se claquer les fesses tout en disant à voix haute leur âge. Seul problème, les admiratrices en question n’étaient pas majeures et la plupart entre elles avaient ainsi entre quatorze et quinze ans.

Dans certains cas, l’homme leur aurait également demandé de se toucher en direct pour avoir l’insigne honneur de rester dans sa liste d’amis.

Le YouTubeur a été placé en examen

Aurora Skies, une autre YouTubeuse très en vie sur le marché américain, prétend avoir été prise pour cible par l’homme alors qu’elle n’avait pas plus de quatorze ans. Austin Jones lui aurait notamment demandé de “twerké” pour lui. Fort heureusement, elle a eu le bon sens de refuser et elle a même pris soin de conserver une copie des messages échangés avec lui.

Les autorités ont fini par avoir vent de l’histoire. Le YouTubeur a en effet été interpellé par les autorités la semaine dernière et il a été mis en examen pour possession de production d’images pornographiques. Il passera prochainement devant un tribunal et il s’expose à une peine pouvant atteindre les 15 ans de prison.

En attendant le procès, l’homme a été relâché et assigné à résidence. Il lui est formellement interdit d’utiliser Internet et de se connecter à ses différents profils sociaux. Cela vaut évidemment pour sa chaîne YouTube.

Mots-clés youtube