Un YouTubeur condamné pour avoir enseigné le salut nazi à son chien

Un YouTubeur originaire du North Lanarkshire en Écosse a publié en 2016 une vidéo montrant son chien en train d’exécuter un salut nazi. La séquence a été vue un peu plus de trois millions de fois. L’homme a été poursuivi et reconnu coupable plus tôt dans la semaine.

L’histoire remonte donc à l’année 2016. Markus Meechan, un trentenaire vivant dans la région du North Lanarkshire au centre de l’Écosse, a publié sur la célèbre plateforme une séquence intitulée M8 yer dugs a Nazi, ce qui pourrait se traduire par Mate, ton chien est un nazi.

Carlin

Relativement dense, la vidéo se focalisait sur Bouddha, le carlin de la petite amie du prévenu.

Il voulait faire une “blague” à sa petite amie

Dans la séquence, l’homme expliquait vouloir transformer le chien de l’élue de son cœur en la “chose la moins mignonne possible” afin de la surprendre et de lui faire une blague. Pendant plusieurs mois, Markus Meechan a donc entraîné le chien à lever sa patte à chaque “Sieg Heil” lancé.

Toutefois, la vidéo ne s’arrêtait pas là et elle montrait également le prévenu en train de montrer plusieurs discours d’Adolf Hitler au chien.

La séquence a provoqué un tollé général sur la plateforme et de nombreux internautes l’ont bien entendu signalée. Par la suite, les autorités écossaises s’en sont mêlées et elles ont pris la décision de poursuivre le YouTubeur pour crime de haine et infraction présumée à la loi portant sur les communications électroniques.

Meechan, de son côté, s’est défendu en déclarant qu’il n’était pas du tout antisémite et que cette vidéo n’était rien de plus qu’une blague – un prank – destinée à sa petite amie. Les explications de l’homme n’ont cependant pas convaincu la partie adverse et le procureur a donc maintenu les poursuites.

Condamné pour crime de haine

Le prévenu est passé devant le tribunal d’Airdrie Sheriff un peu plus tôt dans la semaine et ce dernier l’a reconnu coupable pour les chefs d’accusation évoqués plus haut. Le verdict n’a cependant pas encore été rendu et le tribunal prononcera ainsi son jugement le 23 avril prochain à l’occasion d’une nouvelle séance.

Derek O’Carroll, le shérif chargé de l’affaire, n’est pas surpris par le verdict. Pour lui, l’accusé avait pleinement conscience que sa vidéo était offensante pour de nombreux Juifs. Durant le procès, Ephrail Borowski, le directeur du Conseil écossais des communautés juives, a aussi été entendu et il a qualifié la vidéo de “grossièrement offensante”. À ses yeux, elle n’avait rien d’une plaisanterie et il s’est dit extrêmement touché par les images composant cette séquence.

De son côté, l’extrême droite britannique estime que ce procès prouve une fois de plus les limites imposées par les autorités en matière de liberté d’expression.

Mots-clés youtube