Une ancienne cadre d’Uber conçoit un simulateur pour les véhicules autonomes

Raquel Urtasun est une scientifique qui a travaillé à la tête de la recherche technologique avancée d’Uber. Lorsque celle-ci a décidé de lancer son entreprise en 2021, elle a déclaré que ses produits seront centrés sur l’intelligence artificielle. Sa société, baptisée Waabi, vient justement de lancer son premier produit : un monde virtuel dans lequel une personne pourra essayer leurs voitures autonomes. La technologie porte le nom de Waabi World.

La cheffe d’entreprise ne veut pas créer une gamme de véhicules pour parcourir des millions de kilomètres afin de recueillir des informations pour son système d’intelligence artificielle. Cela reviendrait cher en plus de prendre beaucoup de temps. Urtasun préfère investir dans la simulation car, en plus d’être efficace, elle serait aussi moins coûteuse.

Waabi
Capture d’écran YouTube

Un monde virtuel pour visualiser des scénarios de conduite

La nouvelle technologie de l’entreprise Waabi permet à ses ingénieurs de créer un monde dans lequel ils peuvent visualiser des scénarios de conduite afin de renforcer la sécurité au volant. La simulation du monde de Waabi est basée sur quatre principes : les données des capteurs permettent de créer un monde se rapprochant du réel ; une simulation de capteur de fidélité en temps quasi réel permet de tester l’ensemble de la pile logicielle ; l’existence de scénarios de « stress test », et l’apprentissage automatique des véhicules autonomes.  

La plupart des ingénieurs travaillant sur les véhicules autonomes n’ont pas le temps de simuler les informations sur les capteurs, les radars ainsi que les caméras. Dans le cas où ils devraient y recourir, cela engendrerait des charges qui peuvent parfois être très coûteuses. Dans la majorité des cas, les entreprises préfèrent utiliser des simulateurs qui se concentrent sur le physique.

La société Waabi devra surmonter plusieurs obstacles  

Le domaine de la simulation automobile est déjà très prisé. Nombreux sont les concurrents qui ont déjà une longueur d’avance sur le sujet. Les entreprises comme Waymo, Tusimple ainsi que des constructeurs automobiles tels que Daimler et Volvo utilisent la technologie de la simulation virtuelle pour récolter des données. De plus, utiliser un simulateur pour prévoir les plus infimes des détails sera assez difficile.

Raquel Urtasun a tout de même déclaré que le plus important n’est pas de créer une réplique exacte du monde. Elle préfère se tourner vers une combinaison de l’intelligence artificielle avec des rendus plus simplistes qui permet d’obtenir une simulation des réactions des véhicules pendant un mauvais temps au lieu de s’investir pour créer un simulateur très coûteux.

https://youtu.be/M7xIn2iNytE

source

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.