Une application facilite la correspondance des prisonniers

Les lettres envoyées aux personnes incarcérées aux États-Unis doivent souvent, suivre d’interminables procédures. Les administrateurs sont tellement stricts, qu’il leur arrive parfois de refuser des cartes de vœux. Certaines prisons ne permettent pas l’entrée des lettres parfumées, écrites à l’aide d’un crayon, d’un marqueur ou d’un pinceau. D’autres maisons d’incarcération n’autorisent pas les cartes de vœux ne contenant aucun dessin.

Selon le rapport de « Prison Policy Initiative » plus de 2,3 millions de personnes sont derrière les barreaux aux USA. Le problème a attiré l’attention des entreprises et de quelques organisations à but non lucratif. Depuis 5 ans, Joshua Browder, un ancien étudiant en droit qui s’est converti en entrepreneur « New Tech », a utilisé l’intelligence artificielle pour résoudre des problèmes juridiques.

Grâce à sa plateforme DoNotPay, il cherche à s’attaquer aux soucis de correspondance des détenus et de leurs familles.

Une application moins chère que les autres

Ce n’est pas la première plateforme qui s’intéresse aux problèmes des détenus, « Jpay » est présent sur le marché depuis quelque temps. Ce concurrent possède un accord de partenariat avec l’état et gagne des millions de dollars de bénéfices. Cependant, cette compagnie facture des services de mauvaise qualité à un prix exorbitant, pourtant les prisonniers ont toujours les mêmes difficultés pour communiquer avec le monde extérieur.

DoNotPay ne coûte que 3 dollars par mois aux usagers, avec pour objectif de rendre la vie plus facile aux prisonniers et à leurs proches. « J’ai travaillé sur l’application, afin d’essayer de remplacer les compagnies qui exploitent les gens, et je ne travaille que sur les projets qui résolvent les problèmes de milliards d’individus » a déclaré Browder. D’après ses analyses, « il y a plus de personnes derrière les barreaux que celles qui obtiennent des contraventions sur le parking ».

Une plateforme pratique pour la communication

Les utilisateurs de l’application peuvent trouver leurs proches parents emprisonnés en utilisant un outil de recherche, grâce à la base de données du gouvernement. Les abonnés peuvent choisir le design, imprimer et envoyer la lettre selon les spécificités requises. Le destinataire peut répondre grâce à un affranchissement de retour sur colis.

En automatisant les processus de formalisation, et en saisissant les lettres selon les différentes lois en vigueur, la plateforme augmente la probabilité du colis d’être accepté. L’envoyeur est toutefois, le seul responsable du contenu de la lettre qu’il poste. Pour respecter la vie privée des deux parties, DoNotPay ne lit pas le contenu du colis.

Mots-clés applicationprison