Une bombe de la 2e guerre mondiale retrouvée à la centrale de Fukushima

Une bombe datant probablement de la Seconde Guerre mondiale a été retrouvée le 10 août dernier dans l’enceinte de la centrale de Fukushima Daiichi, au Japon.

Il y a plus de six ans maintenant, en mars 2011, un séisme suivi d’un tsunami ravageait le Japon et conduisait au désastre atomique de Fukushima, toujours pas « résolu » à l’heure actuelle.

Des découvertes sont toujours de mises, comme c’est le cas avec cet engin étonnant trouvé au sein de la centrale.

D’immenses travaux en vue du démantèlement

La bombe « a été repérée vers 7h30 heure locale par un employé d’une société sous-traitante au cours de travaux pour créer un parking » a expliqué un porte-parole de la compagnie Tokyo Electric Power, Tepco, à l’AFP.

L’engin retrouvé mesure 85 centimètres de longueur pour 15 centimètres de diamètre. « Il se trouvait dans le sol à une distance d’un kilomètre des bâtiments des réacteurs 2 et 3 du site » a rajouté le porte-parole. Les services de police s’en sont ensuite occupés.

La centrale nucléaire connait d’importants travaux dans le but de démanteler l’ensemble des six réacteurs, dont quatre ont été fortement impactés par le séisme, avant d’impacter à leur tour l’écologie aérienne et sous-marine sur des milliers de kilomètres à la ronde suite à des explosions d’hydrogène.

De difficiles explorations qui continuent

La découverte de la bombe a conduit à la mise en place d’un périmètre de sécurité, mais n’a pas perturbé les travaux en cours. Le travail effectué sur les réacteurs n’a, lui non plus, pas été perturbé.

Lors de la construction de la centrale, d’autres bombes ont dû être découvertes, puisqu’elle est implantée près d’une ancienne base aérienne japonaise qui a subi les bombardements américains lors de la Seconde Guerre mondiale.

Il y a fort à parier que d’autres engins restent à découvrir, y compris dans la zone côtière qui entoure la centrale. La zone environnante, qui comprend les villes de Futaba et Okuma, ont été entièrement évacuées suite à la catastrophe et restent à ce jour déserte et inhabitable du fait d’un taux de radiation toujours élevé.

Ce taux élevé reste d’ailleurs la difficulté majeure pour parvenir à l’intérieur des enceintes touchées par les explosions. Les ingénieurs doivent redoubler d’imagination (et de travail) pour parvenir à contrer cet élément mortel et destructeur. Un petit robot-caméra vient d’être mis au point pour explorer toujours plus ce site très dangereux.

Mots-clés fukushima