Une confirmation de plus sur l’origine de l’homme

En 2014, une équipe de scientifiques dirigée par le paléoanthropologue Isaiah Nengo a découvert le fossile d’un primate âgé de treize millions d’années dans les sédiments volcaniques de la région de Napudet, à l’ouest du lac Turkana, au Kenya. Grâce à ce fossile appartenant au genre Nyanzapithecus, les scientifiques ont pu effectuer des études qui nous aideront à avoir une idée de l’aspect de l’ancêtre commun des grands singes vivants et des êtres humains.

Le crâne du primate, dénommé Nyanzapithecusalesi par les scientifiques, a pu être analysé par le scanner synchrotron de l’European Synchrotron Radiation Facility (ESRF) à Grenoble. Les observations ont permis aux chercheurs de découvrir l’intérieur du crâne d’Alesi.

Crâne Géant

Le mercredi 9 aout 2017, la revue Nature a publié une étude sur les résultats de ce scanner.

Un très jeune primate

Grâce aux dents de lait présentes sur le fossile, les chercheurs ont pu conclure que le singe devait être âgé d’un an et quatre mois quand il est mort. Isaiah Nengo, co-auteur de l’étude parue dans Nature, a indiqué que l’espèce Nyanzapithecusalesi était similaire à un gibbon à cause de sa face plate.

Ce primate vivait entre 23 millions et 5 millions d’années durant la période du Miocène. Le Nyanzapithecusalesi appartient à la branche primitive des hominoïdes qui comprend notamment les gorilles, les chimpanzés, les orangs-outangs et les humains.

Une découverte inestimable pour l’humanité

Le crâne a été scanné en trois dimensions grâce à des rayons X à haute résolution. Selon Paul Tafforeau, paléontologue et physicien à l’ESRF, « Il s’agit d’une découverte exceptionnelle, car le crâne, gros comme un citron est quasiment complet. »

Il aura fallu trois ans aux scientifiques pour étudier le fossile d’Alesi qui est doté de quelques dents, d’un fragment de mandibule et de ses deux oreilles internes. La scientifique Ellen Keller de la Wake Forest University a déclaré qu’avant le fossile de ce primate, les paléontologues n’avaient aucun crâne de singe entre -17 et -7 millions d’années.

Isaiah Nengo a déclaré que le groupe auquel appartient Alesi se rapproche de la lignée des singes actuels et des hommes, ce qui l’a conduit à conclure, ou plus précisément confirmer l’affirmation selon laquelle l’origine de l’Homme serait africaine.

Mots-clés anthropologie