Une créature marine découverte à 8178 mètres de profondeur

Les recherches sous-marines progressent, et ce toujours plus profond, pour découvrir ou redécouvrir les espèces vivants dans nos abysses. Des chercheurs japonais viennent de découvrir une nouvelle créature marine, la plus profondément jamais observée à 8178 mètres de profondeur.

Et pour une fois, ce poisson n’est pas effrayant, contrairement à la baudroie abyssale, espèce connue des abysses à l’esthétique tout droit sortie d’un film d’horreur.

Un nouveau record de profondeur qui sera peut-être battu à l’avenir.

Surprise, un petit poisson à l’apparence sympathique et… inoffensive !

L’Agence japonaise de recherche scientifique Mer-Terre (JAMSTEC) a publié une courte vidéo présentant le petit poisson découvert à -8178 mètres de profondeur. Comme expliqué dans le communiqué officiel, l’équipe de chercheurs s’est rendue dans la fosse des Mariannes, l’endroit le plus profond de la croûte terrestre, qui avoisine les 11 000 mètres de profondeur.

La fosse est située dans le nord-ouest de l’Océan Pacifique, aux abords des îles éponymes. Les scientifiques ont plongé dans l’eau un sac de maquereaux ainsi qu’une caméra 4K pour filmer le tout, en espérant attirer des créatures encore jamais observées à l’aide de cet appât.

Cela a marché à 8178 mètres de profondeur, puisque l’appât a attiré de petits poissons à la jolie couleur bleutée, et à l’apparence inoffensive, contrairement aux habituelles espèces abyssales si effrayantes, qui correspondent parfaitement à l’imaginaire angoissant que nous pouvons nous faire de ces espaces sombres et inhospitaliers.

Peut-être la profondeur limite pour la vie sous-marine

Cette profondeur représente un record puisque la précédente observation la plus profonde se situait à 8152 mètres de profondeur. Mais cette distance pourrait être la limite pour les espèces sous-marines, car selon divers scientifiques, les poissons ne pourraient plus produire suffisamment d’osmolyte, une molécule leur permettant de résister aux très fortes pressions causées par ces profondeurs.

Ces hypothèses n’empêcheront pas les explorateurs de poursuivre leurs recherches, dans l’espoir d’en connaître toujours plus sur ces zones encore peu connues. Les images tournées par la JAMSTEC font désormais partie d’une exposition présentée au Muséum d’Histoire Naturelle de Tokyo. Des images impressionnantes qui nous laissent entrevoir ce qui se passe dans ces abysses si étranges !