Une cyberattaque plonge La Nouvelle-Orléans en état d’urgence

Vendredi 13 décembre, La Nouvelle-Orléans a été frappée par une importante cyberattaque. Des logiciels malveillants ont été découverts dans les serveurs publics de la ville, et le maire, LaToya Cantrell, a déclaré l’état d’urgence, dans un communiqué officiel.

Les serveurs de la ville ont immédiatement été fermés pour éviter que les programmes malveillants ne se propagent. Les ordinateurs ont été coupés, de même que l’accès au WiFi.

Une photo de la Nouvelle Orléans

Crédits Pixabay

Affaibli par cette attaque, mais néanmoins préparé à des situations d’urgence, le système de sécurité de La Nouvelle-Orléans reste quant à lui opérationnel. Le 911 est toujours joignable, tandis que les caméras de vidéosurveillance fonctionnent encore. Les images filmées ne sont juste pas retransmises en direct au centre de la criminalité de la ville.

Une nouvelle victime du rançongiciel Ryuk ?

Souvent, lorsqu’une cyberattaque vise une ville entière, les pirates informatiques exigent une très importante rançon. Pour ce qui est de La Nouvelle-Orléans, tout porte à croire qu’elle est la victime du tristement célèbre rançongiciel Ryuk.

Repéré en août dernier, le programme présente la particularité de ne repérer que les « gros poissons ». Il s’agit des grandes entités qui ont les moyens de payer les sommes faramineuses exigées pour récupérer les précieuses données que le logiciel leur a volées.

Véritable fléau, le rançongiciel Ryuk serait parvenu à faire plier plus d’une cinquantaine de victimes, et à récolter plus de trois millions d’euros de rançons.

En tout cas, pour ce qui est de La Nouvelle-Orléans, LaToya Cantrell a indiqué que les autorités n’ont pas reçu de demande de rançon. Il est donc encore trop tôt pour conclure que c’est bel et bien le rançongiciel Ryuk qui est derrière cette cyberattaque ciblant la ville.

Des données sensibles entre de mauvaises mains

Si les autorités de La Nouvelle-Orléans ont tout fait pour réagir au plus vite et limiter les dégâts, les pirates ont quand même dû réussir à subtiliser des données privées… Une situation qui inquiète beaucoup les habitants de la ville.

Même après avoir payé une rançon, il est impossible d’avoir l’esprit tranquille par rapport à ce que les pirates pourraient faire avec les données qu’ils ont volées.

La Nouvelle-Orléans devra ainsi prendre des mesures drastiques par rapport aux changements de noms d’utilisateurs et de mot de passe. Les informations financières devront aussi être surveillées de près.

Les autorités continuent d’enquêter pour essayer de coincer les coupables. De son côté, LaToya Cantrell s’est voulue rassurante en affirmant qu’aucune information sur la ville n’a été compromise ou perdue. L’affaire est à suivre de très près.