Cette équipe de chercheurs a déjà trouvé une dizaine de failles de sécurité dans le protocole 5G

Spécialement conçu pour améliorer la qualité du service et la connexion des smartphones, le protocole 5G risque de ne pas tout à fait répondre aux attentes des utilisateurs. Et ce, particulièrement en matière de sécurité, selon une étude réalisée par des chercheurs américains.

Des chercheurs de l’Université de l’Iowa et de celle de Purdue ont, en effet, récemment révélé l’existence de failles de sécurité au niveau du protocole du nouveau réseau 5G. Et ce, grâce à l’utilisation du logiciel « 5GReasoner » qui leur a permis d’effectuer les tests.

Crédits Pixabay

Selon ces chercheurs, les imperfections au niveau de la sécurité du protocole 5G constituent des risques pour les utilisateurs et pourraient avoir des conséquences néfastes sur eux. Ce que l’on comprend assez bien.

Les chercheurs ont pu détecter onze failles de sécurité

En utilisant 5GReasoner, l’équipe de chercheurs a ainsi réussi dans un premier temps, à détecter les réseaux se trouvant à proximité, mais également à localiser géographiquement le téléphone connecté.

De plus, ils ont eu la possibilité de lancer de fausses alertes d’urgence ou même de porter atteinte au fonctionnement du service pour le rendre faible, voire inexistant.

En bref, un pirate ou un espion informatique peut donc accéder au contrôle du téléphone de la victime. Il peut vérifier les appels et les SMS, surfer sur internet à l’insu du propriétaire du téléphone pour ensuite lui faire payer les factures, etc.

Le pire, les chercheurs ont pu également constater que bon nombre de ces vulnérabilités du protocole 5G existaient déjà avec le 3G et la 4G.

Des risques pour les utilisateurs alors que le 5G n’en est qu’à ses débuts

Les scientifiques des deux universités ont également précisé que le piratage n’est ici, ni difficile, ni cher, c’est-à-dire que quelques connaissances techniques en réseau suffisent pour qu’un pirate passe à l’action.

Cependant, la GSMA (Association chargée de l’approbation téléphonique) ne semble pas inquiète face à la situation. Elle a même déclaré que les conclusions déposées par les chercheurs étaient : « nulles ou peu fiable dans la pratique ».

Mais serait-il alors possible de régler ces problèmes de sécurité avant la mise en service effective du réseau 5G ? Syed Rafiul Hussain, chercheur à l’université de Purdue a déclaré à cet effet que certaines failles sont facilement réparables tandis que d’autres « requièrent une quantité raisonnable de modifications du protocole ».

Mots-clés 5G