Une énorme dalle de granit volcanique est enterrée sur la lune !

Cinquième plus grand satellite naturel du Système Solaire, la lune s’érige comme l’un des astres les plus étudiés par les scientifiques. À juste titre, ces derniers viennent de découvrir que la face cachée de la lune dissimule des preuves d’un énorme volcan ancien.

Lune

Toutefois, bien qu’ils soient certains que le volcan était présent, ils rencontrent des difficultés pour prouver la manière dont il aurait pu se former. En réalité, de nouveaux éléments permettent de comprendre le phénomène. Que faut-il donc retenir concrètement ? Nous vous en disons plus ici !

Il existe sur la lune une zone de 50 kilomètres de diamètre et de plusieurs kilomètres d’épaisseur qui est étonnamment chaude

Depuis plus de 20 ans, les scientifiques rencontrent des difficultés pour démontrer la manière dont le volcan s’est constitué sur cette planète. Ladite zone présente sur la lune, le Compton-Belkovich, avait une topographie particulière. Notons également que dans cette zone, l’atmosphère a l’air de posséder plus de thorium que dans les environs.

Ainsi, dans leurs recherches, les scientifiques du Planetary Science Institue en Arizona viennent de faire une découverte exceptionnelle sur cette partie de la lune. En effet, Matt Siegler et ses collègues l’ont étudié à partir de données des orbiteurs chinois Chang’ e 1 et Chang’ e 2. Cela leur a permis de découvrir qu’elle mesure 50 kilomètres de diamètre et plusieurs kilomètres d’épaisseur. De plus, la zone se révèle étrangement chaude.

Une telle production de chaleur sur la lune ne peut être possible que par la désintégration d’éléments radioactifs (thorium et uranium par exemple). C’est d’ailleurs ce qu’évoque Siegler lorsqu’il déclare que le petit thorium observé à la surface est la pointe de l’iceberg d’un grand corps sous la surface. Cet énorme corps représente le système de plomberie du volcan.

La topographie de la région révèle que le volcan est entré en éruption pour la dernière fois il y a environ 3,5 milliards d’années

La topographie de la région révèle que ce volcan est entré en éruption pour la dernière fois il y a environ 3,5 milliards d’années. Cela a permis à la roche fondue de refroidir et de se solidifier en une énorme dalle de granit nommée batholite. Nous retrouvons d’autres zones similaires sur la face cachée de la lune.

Cependant, aucune d’entre elles n’est aussi grande et radioactive que celle de Compton-Belkovich. En effet, elles n’auraient pas été soumises à autant de cycles et de refroidissement. Rappelons que les éléments radioactifs sont concentrés dans chaque cycle de fusion.

La lune se serait formée avec une étrange poche humide dans sa croûte

Les scientifiques demeurent stupéfaits en ce qui concerne la présence de batholites sur la lune. Siegler affirme que cette planète ne dispose pas des éléments pouvant entrainer leur formation. La terre possède des plaques et de l’eau, dont la tectonique conduit à ce type de volcanisme. Cependant, ni l’un ni l’autre n’existe sur la lune. Selon lui, il serait presque impossible de penser qu’un tel phénomène pouvait se produire sur ce corps céleste.

La lune se serait donc formée avec une étonnante poche humide dans sa croûte, ce qui aurait favorisé la liquéfaction de la roche à une température plus basse. D’après Siegler, quand bien même cette approche est étrange, elle peut être évidente. La présence de batholite pourrait aussi s’expliquer par l’existence d’un point chaud provoqué par la formation brutale de la lune.

SOURCE : NEW SCIENTIST

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.