Une enseignante licenciée pour un selfie topless partagé sur Facebook

Lauren Miranda a une vingtaine d’années et elle a travaillé pendant plusieurs années pour le collège Belleport situé à Long Island, dans l’État de New York. En 2017, alors qu’elle entretenait une relation intime avec un de ses collègues, elle lui a fait parvenir un selfie sur lequel elle posait seins nus.

Cette photo a été partagée dans un cadre strictement intime et elle n’avait donc pas pour vocation à être partagée sur la place publique.

Selfie Topless

Crédits Pixabay

Toutefois, quelques mois plus tard, la photo est réapparue sur Facebook.

Un selfie topless partagé dans un cadre intime

Joseph Giani, le directeur de l’établissement où travaillait l’enseignante, a fini par avoir vent de l’histoire.

Il a alors pris la décision de licencier Lauren Miranda. Pour expliquer son choix et d’après l’enseignante, l’homme aurait simplement déclaré que l’enseignante ne pouvait plus incarner un « modèle » pour les élèves suite à la publication de cette photo, en s’exprimant dans ces termes :

« Comment pourrais-je vous mettre devant une classe où les garçons sortiraient leur téléphone pour regarder cette photo de vous ? »

Lauren Miranda est bien entendu tombée des nues, d’autant qu’elle était très appréciée pour son travail et qu’elle s’apprêtait à être recommandée par son chef d’établissement pour une promotion. De son côté, le New York Times a réussi à se procurer une copie du compte-rendu de la dernière visite de l’inspecteur, un compte-rendu très positif et louant le professionnalisme et le sérieux de l’enseignante.

Elle demande 3 millions de dollars de dommages et intérêts

Si elle cherche à l’heure actuelle un poste dans d’autres établissements, la tâche s’annonce très ardue. Ce selfie topless a considérablement entaché sa réputation et l’enseignante estime même qu’il a ruiné sa carrière.

C’est précisément ce qui l’a poussé à déposer une plainte devant un tribunal le 1er avril dernier. Son avocat estime en effet qu’elle a fait l’objet d’une discrimination de genre de la part de l’établissement, dans la mesure où le choix du chef d’établissement a été conditionné par le fait qu’elle est une femme : « Quand un homme se montre torse nu, cela ne pose aucun problème. Quand c’est une femme, elle se fait virer ».

Lauren Miranda a en effet déclaré avoir vu sur Facebook plusieurs photos montrant ses collègues masculins en train de poser torse nu, des photos qui n’ont pas inquiété le chef de l’établissement.

En conséquence, l’enseignante réclame trois millions de dollars de dommages et intérêts. Elle a cependant indiqué qu’elle était prête à renoncer à sa plainte si son établissement la réembauche.

Mots-clés selfies