Une entreprise japonaise s’engage à mieux rémunérer ses employés si mariés avec des personnages virtuels

L’entreprise basée au Japon Gatebox Lab s’engage à gonfler la rémunération de ses employés si ces derniers accomplissent avec succès la démarche de se marier avec un personnage virtuel. Une motivation s’évaluant à un peu moins de 40 euros pour chaque salarié ayant mis la bague au doigt de l’élu(e) de leur cœur qu’il soit plat, tout plein de polygones, voire pas “humain”.

Gatebox Lab est une société nippone spécialisée dans la recherche technologique et souhaitant visiblement un profil préférentiel d’employé fort atypique. Kotaku rapporte ainsi, sur la base d’une information révélée en japonais par Nico Nico News, que cette entreprise apparaît particulièrement intéressée pour embaucher des candidats liés d’amour avec des personnages virtuels.

Avatar

Un employé recevra ainsi 5.000 yens (environ 38 euros) en apportant la preuve d’une telle liaison. Et pour ce faire, Gatebox Lab propose sur son site un formulaire d’enregistrement visant à renseigner l’entreprise sur les circonstances de la relation, sans toutefois demander des détails intimes.

Les employés de Gatebox Lab auront un jour de congé lors de l’anniversaire de leur partenaire virtuel

Le candidat devra par exemple raconter l’histoire de sa rencontre avec ce personnage virtuel, leurs souvenirs en commun (!) ainsi que le moment de la demande en mariage (!!). Un jour de congé sera même accordé lors de l’anniversaire du partenaire virtuel.

Arrêtons-nous un instant sur les profils de personnages acceptés : ceux appartenant au monde du manga, de l’anime, du jeu vidéo (les représentations en 3D ne constitueront pas un refus) et de la science-fiction. Les personnages non humains comme les elfes et les bêtes sont de même les bienvenus, tout comme les mariages entre individus de même sexe.

En revanche, ne pourront être validés les mariages impliquant deux personnes vivant dans notre réalité ainsi que les unions polygames. Il ne semble au passage pas précisé si l’âge du personnage a une importance dans tout ça et s’il doit être célibataire dans l’univers dont il est issu.

Cette initiative vous apparaît déconcertante ? Le message décrivant ici la société par son président Minori Takechi devrait finalement rendre le tout à même d’être emballé dans le savoureux mot-dièse #LeJapon : “Gatebox Lab n’est pas seulement un fabricant de matériel ou une société de robotique. C’est un laboratoire de recherche en quête d’une nouvelle dimension avec un programme de R & D visionnaire visant à permettre aux gens de vivre avec des personnages virtuels. Nous avons apporté toute une gamme d’expertise et de technologie dans notre objectif de cette quête, et travaillons jour et nuit pour développer les produits qui feront de ce rêve une réalité. Nous nous engageons à répondre à vos attentes en travaillant à rendre un nouvel avenir possible.”

Mots-clés japon