Une étudiante a découvert une épée vieille de 5000 ans

Durant une excursion, une doctorante en archéologie du nom de Victoria Dall’Armelia s’est rendue au monastère de San Lazzaro degli Armeni. Lors sa visite, elle a repéré une épée exposée parmi les objets médiévaux dans le petit musée local. La forme de l’objet lui paraissait étrangement familière.

Le fait est que, dans sa thèse, elle a traité un thème lié au statut social dans le début de l’âge de bronze, ce qui l’a amené à étudier des objets funéraires, tels que des armes anciennes.

Une épée en pleine nature

Crédits Pixabay

L’objet a, ensuite, été remis à une équipe de scientifiques. Au début, les experts pensaient que l’épée datait de l’époque médiévale. Cependant, elle n’aurait pas dû être classée parmi les épées du moyen âge, car il s’agit de l’une des plus anciennes jamais trouvées. Après avoir examiné minutieusement l’artefact, ils ont conclu qu’il a probablement été forgé dans l’Anatolie orientale.

La visite de victoria n’était pas liée à ses études, et elle ne s’est jamais rendue sur le lieu auparavant. L’excursion d’une journée faisait partie d’un simple voyage de vacances sur une petite île située au bord d’une lagune vénitienne.

Le don d’un collectionneur à un moine du monastère

En voyant l’épée pour la première fois, Victoria l’a intuitivement assimilée à celles de l’est de l’Anatolie, qui est aujourd’hui la Turquie Orientale. Celle-ci sont considérées comme les plus anciennes du monde et datent d’environ 3 000 av. J.-C.. En regardant de plus près, elle s’est dit que l’arme devait dater du temps d’Arslantepe et de Sivas.

Les experts estiment que l’artefact a environ 5 000 ans d’existence. En recoupant son histoire, ils ont établi qu’un collectionneur d’art arménien appelé Yervant Khorasanjian l’a donné à un moine nommé Ghevond Alishan, il y a environ 150 ans. Alishan est décédé en 1901 et ses biens ont été légués au monastère.

Faite de cuivre durci avec des petites quantités d’arsenic

Un document qui certifiait la donation mentionne que l’épée a été trouvée à Kavak, près de l’ancienne colonie grecque de Trebizon, qui est aujourd’hui le Trabzon dans l’est de la Turquie. Après la mort d’Alishan, l’épée s’est retrouvée dans le musée du monastère, où elle a été placée dans la section destinée aux objets médiévaux.

Les scientifiques ont également mené des recherches sur la composition et la fabrication de l’épée. Les résultats ont révélé qu’elle est faite de cuivre durci avec des petites quantités d’arsenic utilisé il y a environ 5 000 ans. C’était avant que le vrai bronze, par l’alliage du cuivre et de l’étain, ne soit inventé.

Mots-clés archéologie