Une fleur de lotus en or de la reine Néfertiti déterrée par des archéologues à Chypre

Des archéologues ont découvert un bijou en forme de fleur de lotus dans des tombes à Chypre. Cet objet existait depuis le règne de Néfertiti. Par ailleurs, il ressemble beaucoup à celui que portait la reine de l’ancienne l’Égypte. Originaire de la méditerranée, le collier avait été enterré au milieu de sépultures humaines. Les recherches ont également permis de retrouver de nombreux autres bijoux précieux datant de la même époque.

Statut de la reine Nefertiti

À Hala Sultan Tekke, ce sont des chercheurs de la New Swedish Cyprus Expedition qui ont révélé des chambres cachées sous terre qui abritaient des sépultures de l’Antiquité. Selon les investigations, ces tombeaux auraient renfermé de nombreux trésors de grande valeur.

500 objets auraient servi à des funérailles, tandis que 555 fragments d’ossature humaine étaient aussi présents.

Une beauté antique découverte dans les décombres égyptiens

Au cours des recherches archéologiques, 2 tombeaux ont été fouillés et de nombreux objets précieux de l’ancienne Égypte ont été retrouvés.

Parmi les objets déterrés, un particulièrement attire l’attention des chercheurs. Il s’agit d’un pendentif en or orné de pierres précieuses, ayant la forme d’une fleur de lotus. Ce bijou ressemble énormément à celui que portait Néfertiti. Grande épouse royale d’Akhenaton, Néfertiti est une ancienne reine de l’Égypte.

Encore d’autres objets précieux parmi les trouvailles

Plusieurs autres objets ont été retrouvés au cours des fouilles archéologiques.

«Par exemple, nous avons trouvé le squelette dun enfant de 5 ans avec un collier en or, des boucles doreilles en or et un diadème en or. (…) il sagissait probablement dun enfant dune famille puissante et riche. »

Peter Fischer, professeur d’histoire et responsables des fouilles

Parmi les trésors révélés au grand jour, il y a eu un autre objet intéressant. Il s’agit d’un sceau en hématie minérale ayant une forme cylindrique. Ce sceau portait des écritures cunéiformes en 3 lignes, qui seraient des noms.

«L’un est Amurru, un dieu vénéré en Mésopotamie. Les 2 autres sont des rois historiques, père et fils, que nous avons récemment trouvés dans d’autres textes »

Peter Fischer.

Enfin, il y a eu une pierre bleue en lapis-lazuli d’Afghanistan, une cornaline rouge d’origine indienne et de l’ambre. Le reste, quant à lui, est composé objets d’origine égyptienne, comme des bijoux en or, des scarabées et des restes de poissons importés de la vallée du Nil.

L’ancienne Égypte continue d’exister à travers ses vestiges. Ces nouvelles découvertes permettent de revenir dans le passé pour apprécier la culture d’une civilisation déjà éteinte. Il y a fort à papier que les tombeaux renferment encore davantage de trésors.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.