Une forme de vie extraterrestre dans les profondeurs de Mars ?

Mars abrite-t-elle une forme de vie extraterrestre ? De nombreux scientifiques se posent cette question et c’est notamment le cas de Dimitra Atri, un astrophysicien travaillant pour le Center for Space Science de NYU Abu Dabi.

Dimitra Atri se passionne pour l’astrophysique planétaire depuis plusieurs années maintenant. Après avoir obtenu un PhD à l’Université du Kansas, cet éminent scientifique a pris un poste au Center for Space Science du NYUAD, où il occupe le poste de chercheur en astrophysique.

planete-mars

Crédits Pixabay

Parmi ses nombreux sujets d’étude se trouve la planète rouge, une planète qui occupe à l’heure actuelle une place importante dans la recherche scientifique.

Mars, une planète propice à la vie ?

Mars, vous le savez sans doute, est un endroit assez hostile. Les températures à sa surface sont bien plus basses que chez nous et la planète est en outre dépourvue de magnétosphère. Elle est donc constamment balayée par des radiations cosmiques, des radiations extrêmement néfastes pour les organismes vivants. Du moins tels que nous les connaissons.

En raison de ces conditions, nous avons longtemps vu la planète rouge comme un endroit totalement stérile. Néanmoins, les études menées ces dernières années nous ont poussés à réviser notre jugement.

Nous savons en effet désormais que la planète abrite des nappes d’eau dans son sous-sol et que son atmosphère contient des traces de méthane.

Pour toutes ces raisons, il est tout à fait légitime de se demander si une forme de vie microbienne n’a pas réussi à se développer sur la planète rouge.

À lire aussi : Mars, le mystère du méthane relancée par une signature détectée dans l’atmosphère

Et si les profondeurs de Mars abritaient la vie ?

Dimitra Atri pense pour sa part que cela pourrait être le cas. C’est en tout cas ce qu’il suggère dans sa toute dernière étude. Une étude publiée dans la revue Nature.

D’après le chercheur; Mars serait en effet en mesure de soutenir la vie. Toutefois, et c’est sans doute le point le plus important, si tel est le cas, alors nous devrions plutôt nous tourner vers les profondeurs de la planète pour trouver des organismes vivants.

La vie a en effet besoin de plusieurs conditions pour se développer. La présence d’eau en fait partie. L’énergie aussi. Mars, on le sait, abritait autrement un environnement aqueux. De grands lacs s’étendaient même à sa surface. L’érosion de l’atmosphère martienne les a bien entendu réduits à néant, mais il subsiste encore des saumures et des poches de glace sous sa surface.

À lire aussi : Il y a de gigantesques vagues de sables sur Mars

Les radiations cosmiques comme source d’énergie ?

Reste la question de l’énergie. Dimitra Atri est assez prudent, mais il pense que les radiations cosmiques qui balayent constamment la surface de la planète pourraient avoir un rôle à jouer. Le conditionnel est bien entendu de mise, mais l’astrophysicien suggère dans son étude que ces rayons cosmiques pourraient fournir l’énergie nécessaire pour catalyser une activité organique.

Toutefois, à ce stade, il est impossible de s’en assurer. Atri est cependant confiant et il pense ainsi que la mission ExoMars, prévue en 2022, pourrait nous permettre d’y voir plus clair. Le rover Rosalind Franklin sera en effet équipé d’une perceuse souterraine et il sera donc en mesure d’effectuer des prélèvements dans le sous-sol de la planète.

L’étude peut être trouvée à cette adresse.

À lire aussi : Un étrange nuage s’est reformé dans l’atmosphère de Mars

Mots-clés exobiologiemars