Une IA a permis de découvrir 50 nouvelles exoplanètes

Ces dernières années, les chercheurs ont pu découvrir de nombreuses exoplanètes à l’aide des télescopes et des données collectées par différentes missions spatiales. Une équipe de scientifiques de l’Université de Warwick et de l’Institut Alan Turing, dirigée par le professeur David Armstrong, a récemment développé une intelligence artificielle (IA) afin de faciliter la détection de nouvelles planètes.

Cette IA, basée sur un algorithme d’apprentissage automatique, est capable de confirmer l’existence d’une exoplanète et a déjà prouvé son efficacité. Dans un article publié dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, ces chercheurs ont annoncé avoir découvert 50 nouvelles exoplanètes grâce à cette IA.

Crédits Pixabay

D’après David Armstrong, ce nouveau dispositif permettra de gagner plus de temps. Au lieu de s’attarder sur l’identification de nouvelles exoplanètes, ils pourront l’utiliser pour confirmer la nature des potentielles planètes en étudiant les données enregistrées par les télescopes.

Des tests effectués sur la mission Kepler

Jusqu’ici, pour détecter les exoplanètes, les scientifiques ont étudié la baisse de luminosité d’une étoile. Certes, ce phénomène peut être causé par le passage d’une exoplanète. Toutefois, il y a également des chances pour que ces interférences soient produites par des astéroïdes ou un système d’étoiles binaires.

L’utilisation de cette IA écartera immédiatement toutes ces possibilités. Pour tester son efficacité, David Armstrong et son équipe lui ont soumis deux échantillons de planètes obtenues grâce à la mission Kepler. L’IA a passé le test avec succès et a réussi à faire le tri entre les vraies exoplanètes et les fausses pistes.

À lire aussi : On a réussi à repérer une exoplanète avec des ondes radios

Une IA qui va permettre d’affiner la détection des exoplanètes

Après avoir subi un entraînement intensif, cette IA a dû passer en revue d’autres données provenant toujours de la mission Kepler. C’est là qu’elle a confirmé l’existence de 50 nouvelles exoplanètes.

« L’algorithme que nous avons développé nous permet d’amener 50 candidats au-delà du seuil de validation des planètes, en les plaçant dans la catégorie des vraies planètes », a annoncé David Armstrong, le 25 août 2020.

Dans le futur, cette IA permettra d’affiner la détection des exoplanètes.

« Maintenant, au lieu de dire quels candidats sont les plus susceptibles d’être des planètes, on peut fournir des probabilités statistiques précises. Par exemple, là où il y a moins de 1% de chances qu’un candidat est un faux positif, on peut déjà le considérer comme une planète »,  a-t-il expliqué.

À terme, cet algorithme facilitera le classement des planètes qui sont les plus similaires à la Terre.

À lire aussi : Quand les météorites révèlent des informations sur une exoplanète

Mots-clés exoplanètes