Une île artificielle comme source d’énergies renouvelables

Une île artificielle va voir le jour en mer du nord pour alimenter toute l’Europe en électricité grâce aux énergies renouvelables.

North Sea Wind Power Hub, c’est le nom du projet incroyable porté par les spécialistes énergétiques des Pays-Bas, de l’Allemagne (TenneT), et du Danemark (Energinet).

Il permettra de faire face aux besoins énergétiques toujours plus croissants et de résoudre les problèmes des réseaux existants.

Un emplacement déjà connu

Cette île destinée uniquement à produire de l’énergie aura une superficie de six kilomètres carrés. Elle se situera en mer du Nord, sur le grand banc de sable de Dogger Bank (17 600km2), à 100 kilomètres de la Grande-Bretagne et 150 kilomètres environ du Danemark.

Elle sera entièrement recouverte de panneaux solaires et ses environs regrouperont plus de 7000 éoliennes offshore. De quoi fournir une puissance électrique colossale d’environ 70 000 à 100 000 mégawatts. Ce qui correspond à la consommation de 70 à 100 millions d’habitants de six pays : le Royaume-Uni, le Danemark, l’Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas et la Norvège.

En plus d’être quasiment à mi-chemin des deux pays, cette situation géographique offre une très bonne exposition au vent, et les fonds peu profonds faciliteront l’ancrage des éoliennes.

Une source d’énergie conséquente

Toute cette électricité sera diffusée vers les différents pays par des câbles sous-marins. Ce parc vise à réduire le prix de revient de l’énergie propre.

Mais le coût de la fabrication de cette île et de toutes ses installations sera conséquent : plusieurs milliards d’euros pour la coopération européenne. Si tout se passe bien, le projet pourrait voir le jour dès 2035.

Ce sera peut-être la première d’une longue série pour augmenter de manière significative la part d’énergies renouvelables dans le mix énergétique mondial. De quoi permettre de se rapprocher plus sérieusement des objectifs de la COP21.

Le but est d’ouvrir la voie à de nouvelles collaborations de grande envergure pour accélérer la transition énergétique. La France rejoindra peut-être le mouvement à l’avenir pour continuer à accroître sa part d’énergie verte.

Et peut-être que l’île accueillera ces petits avions innovants pour remplacer les éoliennes et réduire leur coût d’entretien.