Une île flottante en plastique voit le jour à San Francisco pour protéger les côtes

En août dernier, une équipe de designers de la California College of the Art et de l’Architectural Ecologies Lab, a développé un prototype d’île flottante en plastique destinée à protéger les côtes de la baie de San Francisco face à la hausse du niveau de la mer.

Baptisée « FloatLab », cette île flottante a aussi été conçue pour fournir un habitat pour les animaux marins. D’après les designers qui l’ont conçue, plus il y aura d’animaux qui viendront élire domicile sur l’île, plus elle contribuera à calmer les vagues, protégeant ainsi les côtes des inondations.

Crédits Pixabay

Cette île a la taille d’une voiture et a été conçue à partir de fibres de verre.

Plusieurs années de recherches

Le FloatLab a pu voir le jour grâce au designer Adam Marcus, directeur de l’Architectural Ecologies Lab, et à deux de ses collègues, Evan Jones et Margaret Ikeda. D’après eux, la conception de cette île flottante n’aurait pas été de tout repos.

Avant d’obtenir la version finale de cette île, ils ont en effet dû tester deux douzaines de prototypes. La route a été longue, car entre 2014 et 2018, ils ont installé des plaques en fibre de verre sous l’océan dans une partie située entre Monterey et la baie de San Francisco pour tester l’efficacité de ce matériau.

D’après Adam Marcus, les premiers résultats ont été prometteurs et c’est ce qui les aurait incités à poursuivre leurs travaux. « Ils ont très bien fonctionné et ont servi d’habitat pour les animaux. »

Vers la création d’un petit écosystème

Adam Marcus a indiqué que pour concevoir la structure de l’île flottante, ils avaient fait appel à l’entreprise Kreysler & Associates qui est passée par l’utilisation de robots pour sculpter le moule de l’île. La structure a ensuite été recouverte à la main de fibres de verre.

D’après Adam Marcus, la fibre de verre est le matériau idéal, car elle est robuste et résiste à la corrosion et à la rouille. Sur le long terme, le designer espère que animaux viendront s’attacher à cette île pour créer un mini-écosystème. « Les animaux aiment s’attacher à des surfaces solides », a-t-il indiqué. Selon lui, cela permettra de réduire la force des vagues qui viendront s’écraser sur le rivage.

L’équipe d’Adam Marcus prévoit d’installer un autre dispositif sous-marin sur lequel les animaux pourront également s’accrocher.