Une intelligence artificielle au service de la surveillance policière

La police chinoise utiliserait un algorithme pour assurer la sécurité à Xinjiang. Selon Human Rights Watch, les forces de l’ordre useraient d’une intelligence artificielle pour procéder à l’arrestation des bandits dans l’ouest du pays. Le projet a commencé en 2016 avec la collaboration du gouvernement régional de Xinjiang.

Cette collaboration consistait à analyser et de compiler des données qui sont liées aux comportements des citoyens. Elle a donc pour but de signaler les forces de l’ordre sur toutes sortes d’activités jugées un peu trop suspectes ou inhabituelles.

ovh-ddos

Les données ont été en partie récoltées par le biais des caméras de surveillance dotées d’un logiciel de reconnaissance faciale.

Violation du droit privé

Selon Maya Wang, une chercheuse de HRW à Hong Kong, l’utilisation du Big Data est une marque flagrante de la violation de droit à la vie privée. Les citoyens de Xinjiang ne peuvent remettre en cause cette intelligence artificielle qui est de plus en plus envahissante. La plupart de ces personnes n’ont même pas connaissance de ce programme ni la manière dont il fonctionne.

Si cette méthode est plus que discutable, c’est la solution que les dirigeants chinois ont choisie pour endiguer les violences qui règnent dans cette région de la Chine. Elle facilite également la tâche des forces de l’ordre pour éviter les attroupements et mater la rébellion.

Silence des autorités

Jusqu’ici, aucun membre du ministère de la Sécurité chinoise ou du gouvernement n’a émis un commentaire sur cette nouvelle plateforme. Selon Maya Wang, des projets du même genre sont aussi en cours de réalisation dans d’autres régions de la Chine.

Ces nouveaux projets se basant sur la sécurité prédictive seront encore plus approfondis que celui qui existe déjà au Xinjiang. Si cette surveillance sera plus poussée pour les autres régions, c’est surtout à cause des conflits ethniques entre les Chinois et les musulmans.

Les autorités doivent prendre des décisions qui ne sont pas toujours populaires face à une crise au risque de se trouver submergées, voire dépassées par les évènements. Le gouvernement chinois fait-il le bon choix ? Dans tous les cas, espérons que cette crise connaitre une issue favorable pour la population chinoise.