Une invasion inhabituelle de chenilles chat en Virginie

Virginia Tech, le laboratoire d’identification des insectes en Virginie, prévient qu’une invasion inhabituelle de chenilles touche la partie orientale de l’état. D’ordinaire, l’espèce n’est présente qu’en nombre restreint dans cette partie des États-Unis, mais cette année il semble que la larve de papillon prolifère de manière anormale.

Si l’insecte est inoffensif au stade adulte, avant de passer en mode chrysalide, l’animal possède un système de défense naturel très dangereux pour l’homme. Andrea Pergola a dû emmener son adolescent de 15 ans à l’hôpital après avoir constaté une marque de brûlure sur sa peau, alors qu’il jouait dans la cour.

Image by Brett Hondow from Pixabay

Appelée chenille chat, l’animal possède des poils très toxiques qui peuvent causer des douleurs atroces si elles touchent la peau.

Une chenille très venimeuse

Crystal Spindel Gaston, une habitante de Richmond, raconte avoir ressenti quelque chose comme « un couteau brûlant » lui transperçant le mollet. Elle rajoute, qu’il lui a fallu trois jours de soin pour ne plus ressentir de symptômes. En fait, elle a eu affaire à la chenille la plus venimeuse du pays, capable de provoquer des vomissements et des nausées, des crampes musculaires, de la fièvre, entre autres.

Selon les conseils des spécialistes, il faut immédiatement retirer les poils qui pourraient rester « plantés » dans la peau. Pour cela, on utilise un ruban adhésif classique que l’on applique sur la partie touchée. Ensuite, il faut laver la zone à grande eau afin d’éliminer le plus de venin possible. Enfin, il faut se rendre aux urgences ou appeler les secours.

Un insecte inhabituel en Virginie

La chenille poilue est généralement observée dans les états comme le Texas, le Missouri et le Maryland. La larve, mesurant entre 32 et 36 millimètres de long, se nourrit de feuille de grands arbres, tels que le sycomore, le chêne ou l’orme.

En Virginie, le danger vient du fait que les enfants locaux ne connaissent pas très bien les risques venant de cette espèce, ce qui les pousse à vouloir les toucher. L’aspect velu lui donne une apparence mignonne et inoffensive, ce qui n’est pas le cas.

Après s’être transformée en papillon, la bête perd son poison, même si elle garde cet aspect poilu qui lui fait ressembler à un chat. Le danger s’en ira donc de lui-même dans quelques semaines, mais en attendant, les parents devront être vigilants par rapport à leurs enfants. Les parcs et les zones boisées sont des endroits à éviter, afin de ne pas faire de mauvaise rencontre.