Une jeune fille hacker à seulement 14 ans

Bianca Lewis, ou “BiaSciLab” comme on l’appelle dans le monde des hackers, fait partie de la prochaine génération de hackers. À 14 ans, elle s’est déjà fait un nom dans les cercles de conférences des férus de l’informatique. Il y a quelques années, elle faisait partie d’un groupe d’enfants qui a piraté un système de rapports électoraux. C’est donc cette passion qui l’a incitée à lancer son projet Secure Open Vote, dans le cadre duquel elle prévoit de construire un système électoral sécurisé de bout en bout.

Biance Lewis, une jeune fille hacker

Lewis a également lancé Girls Who Hack, où elle se concentre à enseigner le piratage informatique à un groupe de jeunes filles, en commençant par le niveau plus basique. Elle a souligné que le simple fait de travailler dans ce domaine, d’être plus jeune et d’avoir une nouvelle perspective lui donne envie d’enseigner d’une manière différente et de présenter les choses autrement.

Lewis sait que de nouvelles menaces et de nouveaux problèmes surgissent chaque jour dans le domaine de la cybersécurité. Le génie a également reconnu devoir continuer à apprendre pour rester à jour. Elle semble néanmoins prête à relever le défi et attend avec impatience ce que l’avenir lui réserve.

La cybersécurité à coup sûr, le métier suivra

Elle dit avoir l’impression que ce qu’elle entreprend aujourd’hui constitue une antichambre menant vers un tas de carrières différentes. Si Girls Who Hack décolle vraiment, elle s’y consacrerait entièrement. Dans le cas où c’est Secure Open Vote qui prend le devant, elle y mettrait toute son énergie. Par ailleurs, si au fil du temps, elle trouve enseigner est vraiment sa passion, elle poursuivrait donc cette voie.

« Le domaine de la cybersécurité est tellement vaste que j’ai l’impression qu’il y a une infinité d’options pour différents emplois et choses que je pourrais faire. »

Biance Lewis estime que les femmes ne sont pas vraiment prises au sérieux dans le domaine de la cybersécurité. Son constat est que la plupart de ses amies n’ont pas vraiment l’occasion de travailler avec une communauté de filles pour apprendre.

Un avenir radieux pour la cybersécurité ?

Dans le même type de scénario, on retrouve également Marc Maiffret, qui a débuté dans la cybersécurité au travers d’une opération de piratage qui a eu lieu dans les années 90, alors qu’il était adolescent. Il a affiné ses compétences en pénétrant dans des espaces numériques et en les explorant. Aujourd’hui, il donne son avis sur l’implication des jeunes dans ce domaine particulièrement complexe.

En ce qui concerne l’avenir du secteur, Marc Maiffret semble confiant, étant donné l’enthousiasme de la prochaine génération de hackers, menés par des leaders comme Lewis. Il affirme être stupéfait de la manière dont un adolescent d’aujourd’hui invente en matière de sécurité par rapport à il y a 20 ans.

« Il y a des choses époustouflantes comme l’intelligence artificielle, l’apprentissage automatique, des choses que l’on ne pouvait même pas imaginer à l’époque. Je suis donc extrêmement enthousiaste quant à l’évolution des choses. »