Une majorité des Français ne fait pas confiance aux objets connectés

Les objets connectés se sont multipliés ces dernières années. Entre les smartphones, les montres, les enceintes, beaucoup de produits sont reliés à Internet et s’imposent dans les foyers. Autant dire que le futur est plus que jamais tourné du côté de ces objets connectés qui reposent sur l’intelligence artificielle – avec les zones d’ombre qui vont avec. Car beaucoup de scandales auront également éclaté autour de produits qui posaient des problèmes au niveau de la confidentialité. Des écoutes impromptues, la récolte des données, le traçage des utilisateurs… Autant d’éléments qui créent des craintes mises en lumière par une récente étude.

Alors que les Japonais sont plutôt confiants vis-à-vis des objets connectés, ce n’est pas de même du côté de la France.

Une grande majorité des Français ne fait pas vraiment confiance aux objets connectés.

Les Français plus que méfiants vis-à-vis des objets connectés

Même si les objets connectés ont tendance à se démocratiser, peu de foyers français disposent en réalité d’enceintes connectées, lumières pouvant être commandées à distance, etc. En comparaison avec des pays comme la Chine ou les USA, la France a tendance à rester plutôt sage de ce côté du marché. Et comme le révèle un sondage disponible plus haut, les Français seraient également méfiants vis-à-vis des objets connectés. Ce sont 71% qui craignent la présence de ces nouvelles technologies. Autant dire que plus de 3/4 ont encore du mal à faire confiance aux constructeurs.

Il faut dire qu’une firme comme Facebook, qui propose l’enceinte connectée Portal, ne brille pas vraiment par son image vis-à-vis de la gestion des données privées. Sans oublier Amazon qui aura fait scandale suite à des conversations qui auraient été espionnées via ses produits. Parmi les Français, on note que 84% voudraient que les constructeurs fassent preuve d’une meilleure protection des données privées.

Le pays le moins méfiant n’est autre que le Japon, avec 46% des Japonais inquiets vis-à-vis des objets connectés. La moyenne, basée sur 6000 sondés répartis sur 7 pays, est quant à elle de 55% quant à la dangerosité de la protection des informations privées.

D’un pays à l’autre, les mentalités et la méfiance ne sont pas les mêmes. Autant dire que malgré la progression des objets connectés, les constructeurs devront gagner la confiance des acheteurs.