Une momie de chamois de 400 ans découverte par Skieur

Au début du mois de septembre 2020, Hermann Oberlechner, un skieur de 65 ans participant régulièrement à des compétitions de slalom, tombe nez à nez avec une momie vieille de 400 ans. Cette découverte faite dans le Tyrol du Sud, dans les Alpes italiennes, s’avère très utile pour la science, car elle permettrait d’améliorer les techniques de conservation sur des spécimens plus rares dans le futur.

Pour chercher des manières efficaces pour conserver l’ADN, la carcasse pourrait servir à expérimenter différentes méthodes pour sauvegarder les précieuses informations génétiques. Les scientifiques ont déjà travaillé sur des fossiles bien plus anciens, mais ils doivent encore faire des progrès dans la préservation sur le long terme.

Photo by Joel & Jasmin Førestbird on Unsplash

La réactivité du sportif a permis aux autorités d’intervenir rapidement avant la décomposition de la dépouille.

Un signe du réchauffement climatique

Ce n’est pas la première fois que ces montagnes témoignent du réchauffement climatique. En 1991, deux alpinistes sont tombés par hasard sur Ötzi, surnommé “l’homme des glaces”, qui s’est momifié il y a plus de cinq millénaires à la frontière qui sépare l’Italie de l’Autriche.

Hermann a découvert les restes de l’animal à une altitude de 3200 mètres, dans un endroit où les glaciers ne se sont pas retirés depuis quatre siècles. En d’autres termes, les températures de cette région ont considérablement augmenté au cours des dernières années, au point de nous révéler des couches restées ensevelies pendant longtemps.

Le degré de conservation du cadavre laisse penser que le corps avait été recouvert de glace peu de temps après la mort.

Une extraction très délicate

Le sexagénaire passionné de ski a immédiatement compris l’importance archéologique de sa macabre trouvaille, même si la dépouille était à moitié dissimulée par la neige. Il s’est empressé de capturer une image sur son smartphone pour l’envoyer au garde forestier. L’information est ensuite rapidement relayée au ministère du Patrimoine culturel, qui s’empresse de mettre en place un dispositif d’extraction dans les délais les plus brefs.

La contribution de l’armée italienne a été très importante, car un hélicoptère était indispensable pour transporter le chamois le plus vite possible. La chèvre des montagnes gisait en effet à six heures de marche des premières habitations. Grâce à une boite spécialement conçue par Marco Samadelli, un expert en écologie, le vestige du passé a pu être transporté sans dommage vers un laboratoire situé dans la province autonome de Bolzano.

Mots-clés momie