Une momie très bien conservée a été découverte en Egypte

Le 18 septembre dernier, le Ministère égyptien des Antiquités a annoncé la découverte d’un cimetière lors d’une fouille archéologique effectuée le long de la rive ouest du Nil, à Assouan, dans le sud de l’Égypte. Dans le caveau vieux de 2500 ans se trouvaient plusieurs anciennes momies. L’une d’entre elles, qui se trouvait au milieu, attire particulièrement l’attention des chercheurs. Par rapport aux autres, celle-ci est remarquablement conservée.

Hormis celle qui était au milieu, les autres tombes comportent des inscriptions en hiéroglyphes. D’après, Abdel Moneim Saeed, directeur des antiquités Assouan et en Nubie au Ministère égyptien des Antiquités, les chercheurs sont actuellement en train d’étudier les découvertes.

Momie

Les momies ont été disposées de manière relativement aléatoire. Abdel Moneim Saeed estime qu’il s’agit probablement d’une « sépulture commune ».

La momie mystère

Enveloppée dans des bandages de lin, la momie mystérieuse a été trouvée dans un sarcophage en grès. Les chercheurs s’interrogent encore sur son identité et sa datation. Ils estiment qu’il est possible que celle-ci ne soit pas de la même époque que les autres.

Les archéologues ont également mis à jour trois autres tombes près de la « sépulture commune ». À l’intérieur de celles-ci se trouvaient des vestiges de peintures sur lesquels ont été gravés des textes en hiéroglyphe.

Qui était enterré dans ces tombeaux ?

Dans toutes les tombes, il y avait des restes d’amulettes en faïence (une poterie de terre, à base d’argile, émaillée ou vernissée). Certaines d’entre elles symbolisent des dieux égyptiens, comme Anubis, le dieu des morts à tête de chacal. D’après le Ministère, l’un des artefacts était la tête d’une statue de grès. Les scientifiques ignorent encore ce qu’elle représente.

En se basant sur les premières observations, les chercheurs estiment que les momies et les objets datent de l’époque tardive, soit de 712 à 332 avant notre ère. Durant cette période, l’Égypte aurait été sous la domination de royaumes étrangers comme le Kush (un ancien royaume situé au sud de l’Égypte), l’Assyrie et la Perse.

Des études approfondies pourraient permettre aux archéologues de savoir si des membres de ces groupes étrangers ont été inhumés dans la fosse commune.

Mots-clés archéologie