Une nouvelle carte des fonds de l’Arctique est maintenant disponible

Une nouvelle carte bathymétrique de l’Océan Arctique a été établie par une équipe internationale de scientifiques européens, américains, canadiens, sud-coréens, mais également de Chine et du Groenland.

Cette carte, la version 4.0, est beaucoup plus grande que celle publiée en 2012. Elle recouvre désormais une superficie de 250.000 m² contre seulement 40.000 m² auparavant. Une nouvelle cartographie qui permettra d’approfondir nos connaissances sur l’évolution géologique et glaciaire de cet océan.

Relief sous-marin

Crédits Pixabay

Cette carte a été élaborée dans le cadre au projet collaboratif Seabed 2030, mis en place par la Nippon Foundation et le General Bathymetric Chart of the Oceans (GEBCO). L’objectif à terme étant de faciliter la cartographie complète du fond océanique mondial d’ici 2030.

Les détails concernant cette nouvelle cartographie

Les données collectées pour élaborer cette carte des fonds de l’Océan glacial Arctique ont été obtenues grâce à l’utilisation d’un sondeur bathymétrique multifaisceaux. Un appareil monté sous la coque de divers types de bâtiments (navires océanographiques, brise-glaces, et même des sous-marins nucléaires) qui va passer en revue les fonds marins. On obtient ainsi des mesures exactes des profondeurs balayées, celles de l’Arctique pour ce cas précis.

Selon les chercheurs, cette carte permet maintenant l’identification des formes et des dimensions des glaciers sous-marins, et donne des indications sur les mouvements de ces glaciers, ce qui sera d’une aide pour la reconstitution des phénomènes géologiques qui ont eu lieu sous les latitudes arctiques dans un passé récent.

Par exemple, la représentation des fjords du Groenland est améliorée sur cette carte. Et cela peut servir de modèle pour prédire le sort de la calotte glaciaire du Groenland, fortement impactée par le réchauffement climatique actuel.

À lire aussi : On a découvert une fuite de méthane dans le fond de l’Antarctique

De meilleures données pour les recherches polaires

C’est donc une opportunité offerte aux chercheurs du monde entier et un coup de pouce pour leurs investigations. Et ce, grâce à la panoplie de caractéristiques et de processus sous-marins détaillés dans cette carte, outre les informations morphologiques et bathymétriques habituelles.

Ces données bathymétriques sont, en effet, très utiles pour les recherches dans d’autres domaines des sciences polaires.

Par exemple, elles permettent de déterminer la distribution de la chaleur et le déclin de la glace marine grâce à l’étude de la trajectoire des courants océaniques. Il y a aussi l’effet de l’afflux d’eaux chaudes sur les glaciers de marée et sur la stabilité des courants marins au niveau de l’Arctique et ses fonds marins.

Les détails concernant cette nouvelle cartographie ont fait l’objet d’une publication dans la revue Nature: Scientific Data.

À lire aussi : Le mystérieux fossile de l’Antarctique a été identifié