Une nouvelle espèce de dinosaure a été découverte en Chine

La Chine a été le théâtre d’une découverte majeure un peu plus tôt dans l’année. En effectuant des fouilles sur place, des paléontologues sont en effet tombés sur les ossements d’une nouvelle espèce de dinosaure. D’après leurs analyses, elle viendrait se placer dans la famille des oviraptorosaures et donc des théropodes proches des oiseaux.

Le Tongtianlong limosus, c’est le nom donné à ce dinosaure, vivait visiblement dans la région de Ganzhou à la fin du Crétacé, et donc dans le sud de la Chine.

Tongtianlong limosus

Le Tongtianlong limosus devait plus ou moins ressembler à ça (crédits : Zhao Chuang)

D’après les ossements découverts sur place, le spécimen mesurait environ 70 centimètres de long, queue comprise.

Tongtianlong limosus, une nouvelle espèce de dinosaure originaire de Chine

Comme indiqué plus haut, il appartenait à la famille des oviraptorosaures, une espèce proche de nos oiseaux. Ces animaux très présents en Amérique du Nord, mais également en Asie et ils pouvaient atteindre la taille d’un éléphant pour les plus grands spécimens.

Ils avaient aussi une autre chose en commun : ils avaient peu ou pas de dents et ils devaient ainsi compter uniquement sur leur bec. Bien que cela n’ait pas été prouvé, les paléontologues pensent que ces animaux se nourrissaient essentiellement de plantes ou de mollusques.

Cette famille regroupe à l’heure actuelle un peu plus de trente-cinq espèces, mais la liste tend à s’allonger avec les années et, surtout, avec les études menées par les chercheurs sur le terrain.

C’est justement en travaillant sur un chantier que des agriculteurs et des ouvriers ont découvert les restes d’un petit animal couché sur le ventre, les quatre pattes écartées sur les côtés. Ils ont immédiatement prévenu les autorités qui ont dépêché une équipe de paléontologues sur place.

Les ossements ont été découverts par des ouvriers, sur un chantier

Pour le moment, personne n’a été en mesure d’expliquer ce qui est arrivé à l’animal, mais certains chercheurs pensent qu’il aurait été pris au piège dans la boue. C’est d’ailleurs ce qui lui a valu son nom puisque « Tongtianlong limosus » peut être traduit par l’expression « dragon boueux sur le chemin du ciel ». Très poétique, n’est-ce pas ?

En attendant, les restes de l’animal sont plutôt bien conservés, et ce même si une partie de son squelette a été détruit en raison des travaux entrepris dans la zone. Ils auraient environ 72 millions d’années et cette découverte prouve finalement que les oviraptorosaures étaient bien plus nombreux qu’on le pensait.

Selon Paul Upchurch, professeur de paléobiologie à l’University College de Londres, l’existence de cette créature prouverait même que les dinosaures étaient en pleine croissance au moment de leur tragique disparition.

Mots-clés dinosauresinsolite