Une nouvelle espèce de tardigrade a été découverte en Inde, et elle est immunisée contre les UV

Dans un échantillon de mousse qui s’est développé sur un mur de béton à Bengaluru, en Inde, des scientifiques ont découvert une nouvelle espèce de tardigrade, une créature microscopique déjà rendue célèbre par sa grande résistance.

Cette espèce de tardigrade nouvellement découverte est pratiquement indestructible, ce qui en rajoute une couche aux aptitudes somme toute exceptionnelles de ces petites bêtes. En effet, les tardigrades peuvent résister à des stress qui détruiraient la plupart des autres organismes. Ils peuvent ainsi survivre dans l’espace, à des conditions de pression et de température extrêmes, et maintenant, même aux radiations UV.

Tardigrade

Une nouvelle espèce de tardigrade a été découverte en Inde, et elle est immunisée contre les UV

Une équipe de scientifiques indiens a en effet mené une étude pour observer cette nouvelle espèce de tardigrades qu’ils ont baptisés Paramicrobiotus BLR. Les chercheurs ont découvert que ces organismes sont dotés d’un pouvoir protecteur qui leur permet de résister aux rayons ultraviolets (UV) grâce à un « bouclier fluorescent ».

Les résultats de l’étude ont été récemment publiés dans la revue Biology Letters.

Paramicrobiotus BLR : un microorganisme très particulier

Les scientifiques ont découvert que les Paramicrobiotus BLR ont survécu à 30 jours de rayonnement UV à des niveaux germicides qui n’épargneraient pas une autre espèce moins résistante de tardigrade appelée Hypsibius exemplaris.

Et voici la raison. Contrairement aux tubes contenant les H.exemplaris, les tubes contenant les cultures de Paramicrobiotus BLR récoltées devenaient fluorescents une fois exposés à la lumière UV. Ils ont déduit que c’est cette espèce de fluorescence qui a immunisé ces créatures contre les effets néfastes des rayons UV.

Pour confirmer l’existence d’un lien entre la fluorescence et la protection UV, l’équipe a broyé 300 Paramicrobiotus BLR dans de l’eau. Les chercheurs ont ensuite enduit une plaque de verre recouverte de vers microscopiques et d’échantillons de H. exemplaris avec le broyat obtenu précédemment, avant d’exposer la plaque aux rayons UV.

Chose stupéfiante, la solution constituée de broyats de Paramicrobiotus BLR a protégé les autres organismes des rayons UV, et le taux de survie a été plus élevé.

Un écran UV qui nous serait bien utile dans plusieurs domaines

Pour information, d’autres micro-organismes capables de vivre dans l’espace, notamment les Deinococcus radiodurans et des champignons du central nucléaire Tchernobyl sont aussi dotés de pouvoirs de protection contre les effets dangereux des rayons UV. Ils arrivent même à utiliser les radiations qu’ils captent pour les transformer en énergie chimique.

Cependant, le bouclier fluorescent que possède le Paramicrobiotus BLR est d’un autre niveau. Et d’après les chercheurs, il se pourrait que cette espèce ait fait évoluer cette protection pour pouvoir résister aux niveaux élevés de rayonnement UV localisés dans le sud de l’Inde, là où on l’a trouvée.

Ce mécanisme de protection garde pour le moment tout son mystère et le ou les composés chimiques qui servent d’écran UV pour le Paramicrobiotus BLR n’a pas encore été déterminé. Et si les recherches aboutissent, on pourra se servir des molécules responsables de l’effet protecteur afin d’élaborer de nouveaux types d’écrans solaires qui nous seront utiles dans de nombreux domaines.

Mots-clés tardigrades