Une nouvelle IA japonaise permettra bientôt la surveillance automatisée

Comme dans beaucoup d’autres pays, le vol à l’étalage est un casse-tête majeur pour les détaillants japonais. Selon les statistiques publiées par le ministère de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie (METI), en 2009, les pertes annuelles totales du vol à l’étalage à l’échelle nationale ont dépassé les 450 milliards de yens.

Un tout nouveau gadget équipé de l’intelligence artificielle pourrait cependant changer la donne et apporter des progrès importants pour réduire les pertes.

Vers la fin de ce mois de juin, EarthEyes, une entreprise basée à Tokyo, commencera à fournir un nouveau système de prévention du vol à l’étalage baptisé « AI Guardman. »

EarthEyes s’est associé à NTT East Japan pour réaliser son projet. Ensemble, ils visent à conquérir le marché national.

Des appareils prêts à l’emploi

L’année dernière, le système AI Guardman a fait l’objet d’essais dans la section pharmaceutique d’un grand détaillant de la métropole de Tokyo.

Le magasin perdait en moyenne 3,5 millions de yens par an à cause des voleurs à l’étalage. L’adoption du système a fait une brèche importante dans le chapardage des voleurs, réduisant les pertes à 2 millions de yens, soit environ 40%.

Un système AI Guardman peut être acquis à partir de 230 000 yens (environ 2150 $), mais ce prix évolue en fonction des différentes options choisies. Les utilisateurs paient également une redevance mensuelle de 4 000 yens (40 $) pour le service cloud AI. Les tests sur le terrain effectués l’année dernière montrent qu’un tel système peut être rentable dans les six premiers mois.

Les spécificités du système

La caméra de sécurité est conçue pour aider les commerçants japonais à repérer les voleurs à l’étalage potentiels. Il utilise la technologie open source développée par la Carnegie Mellon University pour scanner les flux vidéo en direct et estimer les poses des corps qu’il peut voir.

Le système tente ensuite de faire correspondre ces données de pose à un comportement « suspect » prédéfini.

Il y a cependant beaucoup de problèmes potentiels avec la surveillance automatisée, y compris la confidentialité, l’exactitude et la discrimination. NTT East l’a admis et a déclaré que les « erreurs courantes » de l’AI Guardman incluaient l’identification erronée des clients indécis et des vendeurs en rayon.

Quoi qu’il en soit, le système est révolutionnaire et des améliorations ne sauront tarder pour avoir quelque chose d’encore plus performant.