Une nouvelle pandémie d’ici 60 ans ?

Selon une étude menée par des chercheurs de l’Université de Padoue en Italie, une autre pandémie aussi importante que celle de la Covid-19 est susceptible de se produire au cours des 60 prochaines années. Les chercheurs pensent également que ce genre de pandémie pourrait devenir beaucoup plus courant à l’avenir.

Les travaux de l’équipe consistaient à étudier la propagation des maladies à l’échelle mondiale au cours des 400 dernières années afin de prédire les risques futurs. D’après les scientifiques, la Covid-19 serait l’une des épidémies virales les plus meurtrières depuis plus d’un siècle. Des chercheurs américains ont déclaré que chaque année, il y aurait 2 % de chance pour qu’une pandémie dont l’impact est similaire à celui de la Covid-19 apparaisse dans le monde.

Une femme portant un masque
Crédits PIxabay

Même si les scientifiques n’ont pas vraiment exploré la raison de l’augmentation des risques, ils l’ont attribuée à la croissance démographique, au changement dans les systèmes alimentaires, à la destruction de l’environnement, ainsi qu’aux contacts devenus plus fréquents entre l’homme et les animaux porteurs de maladies.

A lire aussi : Devinez quel film est le plus piraté de la pandémie

Les pandémies seront plus fréquentes

L’équipe dirigée par Marco Marani a utilisé de nouvelles méthodes statistiques pour mesurer l’ampleur et la fréquence des épidémies de maladies sans intervention médicale immédiate. Parmi les maladies qu’ils ont étudiées, on compte la peste, le typhus, le choléra et toute une série de nouveaux virus de la grippe apparus au cours des quatre derniers siècles.

Selon les résultats obtenus, le rythme auquel les pandémies se sont produites dans le passé a beaucoup varié. Les scientifiques ont découvert des modèles dans la fréquence des épidémies, ce qui leur a permis de prédire le taux de probabilité pour que des événements de même ampleur se reproduisent.

La grippe espagnole était la pandémie qui a fait le plus de morts dans l’histoire moderne. Entre 1918 et 1920, elle a tué plus de 30 millions de personnes à travers le monde. Les chercheurs estiment que les risques pour qu’un événement du même genre se reproduise seraient de 0,3 à 1,9 % par an, et que cela pourrait arriver au cours des 400 prochaines années.

L’étude a aussi révélé que les risques d’épidémies intenses comme celle de la grippe espagnole ou celle de la Covid-19 actuelle augmentent rapidement. De plus, les chercheurs ont déclaré qu’au cours des prochaines décennies, la probabilité d’apparition de nouvelles maladies sera probablement multipliée par trois. L’équipe de Marani pense qu’une pandémie de la même ampleur que la Covid-19 pourrait se produire dans les 59 prochaines années. 

Les résultats montrent aussi qu’au cours des 12 000 prochaines années, il est probable qu’une pandémie capable d’éliminer toute vie humaine apparaisse.

Gabriel Katul, chercheur à Duke University et co-auteur de l’étude, a cependant expliqué qu’il y avait toujours une chance pour que de tels événements se produisent à n’importe quelle année de la période indiquée.

A lire aussi : L’effet pervers de la pandémie de Covid-19 sur la sécurité

L’importance de l’étude

D’après William Pan, également chercheur à Duke University et co-auteur, leur étude s’est surtout focalisée sur la caractérisation des risques grâce à l’analyse statistique. Même s’ils ont avancé certaines causes probables de la hausse de la fréquence d’apparition  des épidémies, le chercheur espère que des études plus approfondies seront menées afin de déterminer les causes exactes.

Le scientifique a déclaré qu’il est important de proposer une réponse rapide aux épidémies et de renforcer les capacités de surveillance des pandémies à l’échelle locale et mondiale. Il a ajouté qu’il faudrait également essayer de comprendre à travers un programme de recherche pourquoi les grandes épidémies sont de plus en plus fréquentes. « Le fait de comprendre que les pandémies ne sont pas si rares devrait accroître la priorité des efforts déployés pour les prévenir et les contrôler à l’avenir », a-t-il expliqué.