Une nouvelle théorie à propos de l’impacteur de Chicxulub

Des scientifiques de l’Université de Harvard ont avancé une nouvelle théorie concernant l’impacteur qui s’est écrasé à Chicxulub, au Mexique. Pour rappel, au cours de cet épisode, qui s’est déroulé au Crétacé, un objet céleste de dix kilomètres de large s’est écrasé sur Terre, anéantissant une partie des formes de vie.

Il y a près de 66 millions d’années, l’impacteur de Chicxulub a donc éradiqué près du quart de la vie sur la planète, comprenant notamment la majorité des dinosaures et épargnant uniquement les dinosaures non aviaires. De plus, cet événement a occasionné une transformation drastique du climat de l’époque.

Photo de Gred Altmann. Crédits Pixabay

Les astrophysiciens Amir Siraj et Avi Loeb ont tenté de mieux comprendre l’origine du fameux impacteur de Chicxulub. Et d’après eux, il s’agirait en fait d’un météore plutôt que d’un astéroïde, dont on a une idée de l’origine.

L’impacteur de Chicxulub serait en fait une comète

La théorie répandue jusqu’ici est celle selon laquelle l’impacteur de Chicxulub était un astéroïde provenant de la grande ceinture qui se trouve entre Mars et Jupiter. Cependant, l’étude du site d’impact à Chixculub, au Mexique, a montré la dominance d’un composé à base de chondrite carboné, selon les chercheurs.

Les objets à base de chondrites carbonées ne sont que très rarement associés à ceux provenant de la ceinture d’astéroïdes. Par contre, elles sont beaucoup plus fréquentes chez les objets que les chercheurs appellent comètes à longue période. Et les simulations et calculs effectués semblent abonder dans le sens de cette dernière hypothèse. Ce qui conforte Siraj et Loeb dans leur théorie concernant l’origine de l’impacteur de Chicxulub.

Un débris de comète provenant du nuage d’Oort ?

Les simulations et analyses statistiques ont ainsi démontré qu’une quantité non négligeable de comètes provenant du nuage d’Oort peuvent en effet être déviées de leurs trajectoires par le champ gravitationnel de Jupiter quand celui-ci se déplace sur son orbite.

Ces comètes déviées vont ensuite être amenées à « raser » le soleil. Et lors du passage à proximité de l’étoile, la comète subit une violente force de houle, attirée du côté exposé au soleil. La force tidale exercée au sein de la comète va finir par la faire éclater en plusieurs morceaux. Ce phénomène est appelé disruption tidale.

Ensuite, certains éclats de la comète sont susceptibles de venir heurter la Terre sur le chemin du retour de ce qui reste de la comète vers le nuage d’Oort. Ce qui aurait lancé l’impacteur de Chicxulub, finalement un météore à en croire cette théorie, sur notre planète.

Les résultats de cette étude ont été publiés dans le journal Scientific Reports.