Une nouvelle théorie sur ce qui a poussé le genre humain à “se civiliser”

Même si la première évolution de l’Homo sapiens moderne remonte aux environs d’il y a 250.000 à 350.000 ans, la première approche de cet ancêtre de l’homme moderne vers ce qu’on conçoit actuellement comme étant la civilisation ne remonte qu’aux alentours d’il y a 10 000 ans. Par la suite, les premières civilisations connues sont apparues il y a 6 000 ans.

Les scientifiques se sont longtemps posé la question suivante : Pourquoi nos ancêtres ont-ils mis autant de temps à se civiliser, c’est-à-dire abandonner leurs modes de vie préhistoriques pour se consacrer à la sédentarisation et à l’agriculture ? En effet, ce sont ces deux concepts qui ont constitué les premiers pas de l’homme dans ce qu’on appelle actuellement la civilisation.

Crédits Pixabay

Apparemment, à la sortie de l’ère glaciaire, c’est la raréfaction puis la disparition des animaux de grande taille (la mégafaune préhistorique) qui auraient conduit l’Homme à s’adapter et à changer de mode de vie.

La chasse a ainsi laissé la place à l’agriculture, à l’élevage, à la sédentarisation, puis à la civilisation que nous connaissons aujourd’hui.

Des conditions qui ont forcé nos ancêtres à changer de mode de vie

Nos capacités cognitives ont beaucoup évolué depuis 350 000 ans. Pour autant, l’agriculture ne fut pas un raisonnement hors de la portée de l’intelligence de nos ancêtres. Mais l’environnement dans lequel ils vivaient ne leur permettait pas de le faire, ou tout simplement, les conditions n’étaient pas réunies pour qu’ils pensent à le faire.

À l’ère glaciaire, on peut bien imaginer la difficulté à laquelle ils étaient confrontés s’ils souhaitaient cultiver. D’autant que les grands animaux étaient encore présents sur Terre, et constituaient la majeure partie de la nourriture de nos ancêtres, outre la cueillette. Mais là où les hommes passaient, les bêtes trépassaient, ce qui a finalement conduit à leur disparition.

Face à cela, la raréfaction du gibier, conjuguée avec le réchauffement climatique à la sortie de l’ère glaciaire a facilité la tâche aux premiers hommes pour jeter les bases de la civilisation qu’on connaît actuellement.

Ils ont ainsi commencé à cultiver la terre et à domestiquer des animaux pour subsister, se regrouper et construire des structures pour se défendre et défendre leurs biens, et par la suite, former les premières structures sociales et hiérarchiques propres au bon fonctionnement de toute société.

L’Homme ne s’est pas civilisé de son plein gré

La civilisation, selon notre conception actuelle du terme, est définie comme étant le développement des conditions matérielles et culturelles, considérées comme un idéal à atteindre par les peuples. Mais avant d’en arriver là, il a fallu nos ancêtres passent par des étapes

Comme on l’a précédemment indiqué, l’évolution vers une civilisation telle que nous la connaissons actuellement s’est peut-être faite au détriment de l’être humain. En effet, les changements écologiques qui sont apparus après l’ère glaciaire ont tout chamboulé et forcé nos ancêtres à changer de mode de vie.

En quelque sorte, on peut donc avancer que la civilisation ait donc été un progrès forcé, mais non désiré.